S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
La Rentrée scolaire 2019-2020 est lancée !

La Rentrée scolaire 2019-2020 est lancée !








Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a lancé ce lundi 9 septembre 2019, la rentrée des classes pour l’année académique 2019-2020 à l’École Nationale de Frères (ENF), situant sur la route Frère à Pétion-ville. À cet effet, le ministre démissionnaire du MENFP, Pierre Josué Agénor Cadet se dit satisfait de ses travaux malgré les conditions difficiles du pays et plaide, entre autres, pour la dépolitisation de l’école en présence de plusieurs personnalités comme la directrice de l’ENF, Marie Régine Joseph Pierre, qui a pu aussi placer ses mots en cette circonstance.

C’est au local de l’École Nationale de Frères (ENF), de la route frère, Pétion-Ville, que le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), a procédé le lundi 9 septembre 2019 à la cérémonie de lancement de l’année scolaire 2019-2020 en présence de plusieurs écoliers et de personnalités importantes œuvrant dans le secteur. Des manuels, des kits scolaires et d’uniformes ont été distribués aux élèves du fondamental.

Dans son discours de circonstance, le ministre démissionnaire du MENFP, Pierre Joue Agénor Cadet, ne s’est pas passé par quatre chemins pour indiquer que chaque année en Haïti depuis 1986, les rentrées scolaires s’effectuent toujours sur fond de crise économique. Malgré le contexte socio -économico-politique difficile, le titulaire démissionnaire se dit satisfait de ses travaux à la tête du MENFP.

À en croire M. Cadet, à son arrivée au sein du MENFP, il y avait environ 4000 enseignants en situation irrégulière dans les salles de classe, aujourd’hui il fait état de plus de neuf mille personnes nommées au sein du ministère de mars 2017 à ce 9 septembre 2019. « Mon bilan pendant deux ans et demi environ à la tête du ministère dépasse, ce qui n’a jamais été fait pendant 10 ans dans le système éducatif », convient-il.

Plus loin, M. Cadet a pris en exemple l’ENF dont tout le personnel a été nommé, aussi bien que le lycée de la Saline et plusieurs autres encore. « Pour une meilleure école en Haïti, nous devons dépolitiser l’école », affirme le ministre démissionnaire, ajoutant que l’école ne peut pas prendre en otage par des parlementaires qui pensent qu’ils peuvent faire des nominations au sein du système. Ceux qui font de la politique, dit-il, doivent donner une chance aux enfants pour qu’ils puissent aller à l’école.

« Il y a 2800 écoles fondamentales dans le pays et pour toutes ces écoles et les lycées, indique M. Cadet, nous avons besoin 28000 enseignant pour que toutes ces écoles puissent fonctionner normalement ». Il continue en faisant savoir qu’il y a aujourd’hui dans le système plus de 35 000 enseignants, avec plus de 30 000 qui touchent leur salaire chaque mois. En ce sens, il pointe du doigt les politiciens qui font savoir que l’État ne peut pas payer les professeurs.

Pour cette année, il rappelle que 12 maisons d’édition ont remporté l’appel d’offres, et une seule sur les 12 qui donne des difficultés. « Il faut que l’État prenne des mesures révolutionnaires pour mettre fin à un ensemble de monopoles qui existe dans le pays », déclare-t-il. D’un autre côté, le ministre s’en prend au marché public qui prenne trop de temps. Pour lui, on doit le réviser, car certains besoins ne peuvent pas attendre. Ainsi il prend en exemple un ensemble d’écoles nationales en mauvais état dont on a donné l’ordre pour faire des réhabilitations, mais à cause du montant trop élevé, l’on se doit de lancer un marché, un processus qui prend du temps.

Par ailleurs, M. Cadet a annoncé pour bientôt la création d’un Lycée pour desservir la route Frère et les zones approximatives. Le ministre a indiqué également qu’il y aura bientôt des séances de remise de chèque à un ensemble d’écoles presbytérale ou communale ou protestante qui desserve le pays dans des endroits très reculés du pays ou l’État central n’a pas d’école.

Pour le ministre démissionnaire qui appelle à chacun de prendre leur responsabilité, l’État haïtien a pris toutes les mesures nécessaires malgré ses faibles ressources pour accompagner les plus faibles. Plus loin, il a tenu à souhaiter une bonne rentrée des classes aux élèves et remercier du coup les parents qui comprennent la nécessité pour que leurs enfants aillent à l’école. « L’éducation, dit-il c’est l’affaire de tout le monde ».

Les élèves se trouvant en première année jusqu’à la sixième année fondamentale dans les écoles publiques ne doivent payer aucuns frais pour leur scolarité selon M. Cadet. L’État a pris la décision pour payer pour environ 900 000 enfants. Il a laissé savoir que des fonds seront émis par le Front national de l’Éducation (FNE) sur le compte de ces écoles publiques pour leur fonctionnement. Quant aux directeurs de lycée, avance-t-il, ils ne peuvent prendre un frais ne dépassant pas mille gourdes sur l’année scolaire de la part des élèves. Le ministre démissionnaire a laissé croire que l’on continue encore à saisir des chèques zombis (fictifs) au sein du ministère.

La directrice de l’ENF, Marie Régine Joseph Pierre, a indiqué pour sa part que, l’ENF est cette école publique qui se veut un modèle fonctionnant en deux vacations pour les trois cycles fondamentaux, fondée en 1953 et accueille à présent près d’un millier d’enfants. Elle contient 10 salles de classe, une bibliothèque, un terrain de jeu, un bloc sanitaire et un point d’infirmerie. Les personnels sont tous nommés, selon la directrice, qui laisse savoir qu’un repas chaud sera offert chaque jour pour faciliter aux élèves l’apprentissage.

Toutefois, la directrice laisse savoir que l’école se veut ouverte sur le monde en faisant savoir qu’un ensemble de projets seront présentés au MENFP comme une salle informatique équipée, la création de laboratoires en science expérimentale, l’aménagement d’une cafétéria, la construction d’un site pour le préscolaire, la mise en place d’un centre professionnel. « Il faut se préparer dès la rentrée et non au cours des dernières semaines ou juste avant les examens », conseille la directrice aux enfants.

Wisly Bernard Jean-Baptiste



Articles connexes


Afficher plus [3429]