S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Coup d’œil sur la 3e section communale de Saint-Louis du Nord

Coup d’œil sur la 3e section communale de Saint-Louis du Nord








Desgranges , la troisième section communale de Saint-Louis du Nord est limitrophe de la ville. C’est une zone réputée dangereuse en raison des actes de banditisme à répétition qui s’y produisaient. Desgrange était sous la coupe réglée d’un groupe de bandits qui imposaient leur loi et chassant, du coup, des paisibles habitants de cette section. Cependant, depuis quelques semaines, un calme apparent règne dans la zone, selon M. Saintilmé Saintilus, le coordonnateur des CASEC de cette section, « Pour l’instant, les habitants vivent avec un peu de quiétude d’esprit, même lorsque la situation peut changer à n’importe quel moment », a-t-il déclaré.

L’insécurité a certes baissé, mais la population de Desgranges n’est pas au bout de ses peines. Les routes ne sont pas en bon état. Les cultivateurs ont du mal à écouler leurs produits agricoles. L’état de délabrement des tronçons est tel que même les animaux ne peuvent les emprunter facilement, selon les propos de l’élu de la section. « À cause de cette grande contrainte, très souvent les produits tombent en pourriture, pourtant, dans certaines zones, les gens ont faim. Sur le marché local, les prix des produits de première nécessité ne cessent de grimper quotidiennement », a déploré le CASEC Saintilmé Saintilus.

Alors que les produits agricoles pourrissent, certains habitants s’investissent dans la coupe des arbres pour fabriquer du charbon. Un paradoxe qui s’explique par le fait que tous les habitants de Desgranges n’ont pas les mêmes accès aux terres. Toutefois, l’élu de la zone demande aux autorités de l’État central d’accompagner les paysans. « L’agriculture est considérée comme la principale activité génératrice de revenus pour la population de cette zone reculée. Donc, l’État devrait permettre à tout un chacun d’avoir la possibilité de mettre leur terre en valeur », s’exclame le coordonnateur des CASEC de la troisième section de Saint-Louis du Nord, préconisant l‘effectivité du crédit agricole, la mise à disposition d’outils agricoles, la fourniture des semences en vue de lutter véritablement contre l’augmentation des prix des produits alimentaires sur le marché local.

En ce qui a trait à l’accès à l’eau potable, la population en est privée, suivant les déclarations de M. Saintilmé. La grande majorité de la population vivant dans la section communale de Desgranges éprouve de grandes difficultés pour s’approvisionner en eau potable. « Car aucun projet de captage n’est mené dans la zone », a-t-il déploré. Cependant, les frustrations des membres des collectivités territoriales sont grandes d’autant que les CASEC n’ont pas pu réaliser de projets dans leur section communale respective. « Nous avons pensé que le pouvoir en place allait nous donner la possibilité de résoudre certains problèmes cruciaux. Mais malheureusement, nous sommes dans l’embarras », a déclaré M. Saintilmé.

Marc Edy Ossam



Articles connexes


Afficher plus [3429]