S'identifier Contact Avis
 
30.39° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Liquider leur chair rien que pour la survie

Liquider leur chair rien que pour la survie








« Elles sont des victimes d'un système qui prône l'exclusion juvénile, des femmes cocufiées, des mamans précoces qui, pour préserver la vie de leurs enfants se voient obligées de donner la leur en échange. Existe-il un acte plus héroïque que celui-là ? Quoi de plus humanitaire que cela? »

Alors que plus d’un l’ignore, le centre-ville de Port-au-Prince est sur le point de s'ériger en bastion de la prostitution. Au vu et au su de tous, chaque rue a son bordel truffé de jeunes femmes bien portantes. Ainsi, le côté économique de l’affaire rapporte gros surtout aux proxénètes qui ouvrent ces petites boites exponentiellement.

Rien qu’au cœur de Portail Léogane, on compte environ onze (11) bordels, néanmoins cela semble ne pas suffire puisque l’effectif des prostituées est innombrable. De ce fait, du matin au soir, elles occupent les moindres recoins de la zone, leur nudité cachée derrière une mini-jupe et une culotte tanga. Portail Léogane qui n'était qu'une station de transport en commun brodé de braves âmes qui, à toute heure, liquident de produits divers, aujourd’hui est enjolivé de jolies créatures s’apprêtant à offrir leur corps en échange de quelques gourdes. Désormais, on n’ y va plus que pour le transport en commun, mais pour s'acheter du sexe. Oui du sexe dans le vrai sens du thème, en compagnie de jeunes femmes qui s’y connaissent en matière de séduction. Des gonzesses bien armées pour apaiser la soif sexuelle des clients même les plus coriaces.

Parmi cette trâlée de vendeuses de sexe se trouve Kethia, âgée de vingt-neuf (29) ans, de teint noir fin, apparemment l’une des premières bénéficiaires de la beauté divine, avec une architecture corporelle indescriptible en charme, déjà mère d’une petite fille de 13 ans. Dans son secteur, on la surnomme Neymar pour sa manière de se coiffer, aussi parce qu’elle a battu un record majeur. Rien qu’à sa première journée de travail, elle a desservi, avec expertise 60 clients.

Pratiquant ce métier depuis l’âge de 16 ans, quelques mois après avoir mis au monde sa fille. Elle raconte ne pas se voir comme une pute car, de son point de vue, la prostitution comme tout autre métier devrait se faire avec non seulement le corps, mais aussi l'âme et le cœur. Ce qui n'est pas le cas ici ! L'unique motif c'est l'argent ! Elle avoue ne jamais penser à se livrer à une telle pratique, cependant une fois que son père l’a abandonnée, l’obligation lui était faite de se bouger les coudes pour pouvoir subvenir à ses plus faibles besoins. Et, ce fut la prostitution que la vie lui a offerte comme première option. Elle a tout de même tenté d’autres coups avant de s’y lancer. Elle faisait la lessive pour des gens, mais cela lui rapportait très peu. « Dans un pays comme Haïti où tout va pour le pire, et se sentir complètement seule avec un bébé à prendre en charge, qu’est-ce qu’on peut faire ? Comment diable préserver son amour propre ? Des heures de ménage ou la lessive, certes, mais combien cela rapporterait ? Il n’y a avait pas vraiment 36 solutions pour une personne comme moi », nous a-t-elle avoué larmes à la gorge.

Faute de grive on mange des merles

Sans vouloir culpabiliser les prostituées, il y a une chose dont Kethia ne doute pas une seconde. C’est que la majeure partie des femmes qui se prostituent le font avec leur âme détachée de leur corps. Elles se disent une minable proie face à la dure réalité de la vie. « Je doute qu’une femme normale accepte de vendre volontairement sa chair. Déjà, rien n’est plus répugnant pour une femme que d’être chosifiée, bestialisée ou asservie pour quelques sous. C’est aussi répugnant d’entendre quelqu’un vous dire rudement ‘’ konbyen w fonksyone ? (C’est à combien la passe?)’’ ? Et, ces drôles de manière nous obligent parfois à nous noyer dans l’alcool ou de fumer de produits stupéfiants. Était-ce évident ? C’est toujours une aventure infernale de se voir les choses des mecs que l’on ne contacterait même pas hors de la prostitution », fait-elle savoir.

Tous les bordels n’ont pas le même décor, mais elles s’y arrangent comme elles peuvent

Dans certains bordels, Elles subissent toute sorte de violence, et sont sans défense. Quelques unes, pour se protéger, s'arment d'un poignard ou d'un rasoir. Cependant, aussi surprenant que cela puisse avoir l’air, dans le secteur de Kethia, les prostituées vivent comme des membres d’une même famille. Elles ont un patron philanthropique. Elles s'entraident mutuellement, organisent des activités leur permettant d’économiser de l’argent. Il arrive même qu’elles se partagent les clients pour s’assurer que tout le monde sortira avec quelques sous. Ainsi, elles paient sans gueule de bois l’écolage de leurs enfants, se prennent en charge, et même épauler certains proches. « En Haïti, la prostitution est vue comme un métier discriminatoire, pourtant beaucoup de gens, plus particulièrement des enfants en dépendent. Sans qu’on le sache, il y a cette pratique un peu partout. Dans quelques institutions publiques ou privées. Elle se présente juste sous une autre forme », nous confie-t-elle avec un air certain.

L’abandon serait la solution, mais il doit être suivi d’un mieux-être.

Ne se sentant pas dans sa peau, elle ne se voit pas pour autant quitter subitement son métier. D’ailleurs, sa plus grande peur, c’est que sa fille apprend ce qu’elle fait. Pour quelqu’un de son niveau scolaire (elle a abandonné ses études en classe de 3e secondaire), elle doute fort de pouvoir trouver mieux à faire. Déjà, elle déclare assister à des milliers de jeunes diplômés se vautrant dans le chômage. Son cas serait donc pire ! « Je finirai quand même par quitter cette pratique un jour. La prostitution ne rime pas avec la vieillesse, et on ne peut s’empêcher de vieillir. De plus, certains clients raffolent les nouvelles chattes et les plus jeunes. Néanmoins, je compte tenir le coup autant que la vie me le permettra. » A-t-elle martelé.

Ce n’est plus un constat, c’est un fait ! Vu son ampleur, le secteur de la prostitution mérite bien d’être mis sous le feu des projecteurs. Ainsi, on saurait comment les adeptes y vivent ; pourquoi elles le font ? Si oui ou non elles sont protégées ? Il s’avère donc raisonnable de comprendre que la prostitution n’est pas si dédaigneuse comme le croit plus d’un. Elle est une mode de vie ! Un brave moyen de se tenir debout face aux intempéries!

Marvens JEANTY



Articles connexes


Afficher plus [3380]