RTPacific Contact Avis
 
30.61° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Au-delà du 7 février !

Au-delà du 7 février !



 La semaine devant conduire au 7 février s’annonce difficile et complexe. Le pays est en proie à un trouble profond. D’un côté, le gouvernement et ses alliés qui tiennent mordicus à une fin de mandat en 2022, de l’autre une opposition de plus en plus renforcée qui lui indique le chemin de la sortie, pour dans quelques jours, soit le 7 février 2021.

Outre ces questions de calendrier politique, qui ont souvent fait nos malheurs depuis deux siècles, demeurent des constantes qui nous plongent tous les jours dans une dynamique infernale : une grave crise environnementale, une insécurité alimentaire qui menace des centaines de milliers de familles, une instabilité foncière qui handicape lourdement la question du droit de propriété et le phénomène insoutenable du kidnapping.

La paysannerie s’appauvrit et le secteur privé des petites et moyennes entreprises se débat, lui, dans une mare aux diables prolongeant la descente aux enfers de tout un secteur de l’économie, susceptible de créer de l’emploi. Le gouvernement nous promet une année de « lumière », le président voulant à tout prix réussir son plus gros pari d’électrifier tout le pays. L’opposition après avoir moult fois essayé de faire partir l’actuelle administration annonce un calendrier chargé de manifestations, persuadée que le changement ne peut venir que de la date butoir du 7 février 2021.

La bonne nouvelle pour les partis de l’opposition provient du fait qu’ils ont réussi à obtenir après d’intenses négociations un accord pour un cessez-le-feu entre protagonistes luttant pour le même fauteuil. Nous ne pouvons que souhaiter que ce genre d’accords dépasse une alliance par trop conjoncturelle et liée au fétichisme d’une date. La démocratie haïtienne a grand besoin de ses partis politiques ! On veut espérer qu’ils s’implantent de plus en plus dans la population avec des projets et des plans pour nous sortir de ces tourments qui ne cessent de troubler la paix des esprits et des cœurs.

La société civile accablée et méfiante doit pouvoir se donner les moyens d’influencer sur tout processus devant conduire à la démocratisation réelle de notre pays. Elle se doit de disposer en plus d’utiles et constructifs moyens de pression, la capacité de proposer, d’innover et de donner l’exemple jusqu’y compris dans son sein de pratiques non corruptibles et démocratiques.

C’est dans ce sens que l’on peut comprendre les appels diffusés ces derniers temps sur les réseaux sociaux pour que l’ensemble des secteurs, engagés dans une quelconque lutte pour le changement, puisse se mettre ensemble pour réfléchir, proposer, influencer, si ce n’est tout simplement induire un processus vers le renouveau de l’ensemble des « appareils d’état ».

Car il s’agit de l’avenir d’un territoire peuplé de millions d’habitants. La bataille ne peut se limiter à une question de transition ou pas transition...Il s’agit de construire un socle puissant pour la refondation d’une nation émiettée, désolée qui existe aux côtés d’une autre République qui a su construire une unité et une ambition nationales.

Ce qui reste du Parlement annonce un dialogue pour bientôt, c’est de bonne guerre. Il faudra cependant éviter la multiplication d’initiatives avortées, de « dialòg fo mamit » qui vont encore une fois creuser des fossés insondables de méfiance, comme par le passé.

L’heure est grave, beaucoup des évènements qui vont suivre ne dépendent pas des seuls acteurs sur le terrain. Il est toutefois temps de nous frayer une voie à travers des chemins qui n’existent pas encore et qu’il faudra trouver l’audace, le courage et peut-être la patience de construire.

Roody Edmé




Articles connexes


Afficher plus [1212]