RTPacific Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

9 février, Journée mondiale de l’Internet : Haïti en est encore loin !

9 février, Journée mondiale de l’Internet : Haïti en est encore loin !



La Journée mondiale d’Internet est depuis 2004, célébrée chaque deuxième mardi du mois de février. La Journée internationale pour un Internet plus sûr a encore pour but de rappeler aux personnes l'importance de surfer sur le net avec les mesures de sécurité nécessaires. Pour 2021, cette journée vise à impliquer la communauté citoyenne en vue de parvenir à un internet meilleur. En Haïti, en dépit des opportunités offertes, la question de l’internet laisse à désirer. Car, jusqu'à date, il n’existe aucun cadre légal qui prend en compte l’évolution de ce secteur.

Aujourd’hui 9 février marque la Journée mondiale de l’Internet. Cette 18e édition de la Journée mondiale pour un internet plus sûr, est une occasion pour donner des outils concrets aux parents protéger les enfants des dangers du web.

« Accompagner les usages numériques des jeunes à l’heure de la Covid », est le thème choisi cette année pour la célébration de cette journée. « Mieux accompagner les enfants dans leur utilisation des technologies numériques est une priorité, davantage encore en cette période de pandémie de Covid-19 qui a accru le recours aux moyens informatiques, y compris pour les enfants », encouragent les initiateurs, qui par ailleurs estiment qu’on doit créer, redéfinir un monde en ligne plus sûr pour les enfants afin de mieux les protéger.

Pour montrer l’importance de cet outil numérique, les informations fournies laissent à croire que beaucoup de pays, grâce à l’internet, les services publics sont désormais accessibles presque en tout temps. « L’internet comble peu à peu le fossé de communication entre les gouvernements et leur population respective. Les échanges sont facilités. La prestation de services accélérée. Et l’État autonomisé », révèlent-ils.

En outre, les investigateurs affirment que le rôle de l’internet tend de plus en plus à dépasser son cadre conceptuel initial pour devenir une nécessité incontournable. « Plus qu’un outil, cette invention est devenue un vaste et puissant réseau universel de communication, sinon le plus intégré et le plus accessible. Le temps où les sociétés peinaient à comprendre la nécessité de tirer profit de l’internet à travers des applications impactant directement les conditions de vie de la population, est révolu » expliquent-ils.

En Haïti, en matière d’accès à l’internet, la situation est très critique. Selon le dernier rapport publié par l’UNICEF et l’Union internationale des télécommunications (UIT) sur cet aspect, dévoile que 79 % des enfants en âge d’être scolarisés en Haïti n’ont pas de connexion Internet chez eux.

Quant aux jeunes âgés de 15 à 24 ans, ils souffrent également d’un manque d’accès, étant donné qu’ils sont 759 millions ou 63 % à ne pas avoir Internet chez eux.

« La pandémie du coronavirus nie aux enfants l’accès à leurs droits fondamentaux, y compris l’éducation. Pendant quatre mois, les enfants haïtiens n’ont pas pu se rendre à l’école afin de réduire les risques de propagation de la COVID-19 », a déclaré Raoul de Torcy, représentant adjoint de l’UNICEF en Haïti. «Un accès équitable à Internet est une alternative pour permettre à tous les enfants de continuer leur éducation».

Les données avancées font croire que, près de quatre millions d’élèves en Haïti ont été affectés par les fermetures d’écoles dues à la Covid-19, ce qui les a rendus tributaires de l’apprentissage en ligne.

Pourtant, pour être compétitif dans l’économie du XXI siècle, les jeunes en pleine expansion a besoin d’acquérir des compétences numériques, professionnelles et entrepreneuriales.

Cependant, les précisions du rapport montrent à clair que la fracture numérique perpétue les inégalités qui divisent déjà les pays et les communautés. Les enfants et les jeunes issus des ménages les plus démunis et des États ruraux et à plus faible revenu, ajoute le rapport, prennent encore plus de retard sur leurs pairs et n’ont presque aucun moyen de rattraper un jour ce retard.

Toujours les données du rapport, à l’échelle mondiale, 58 % des enfants en âge d’être scolarisés vivant au sein des ménages les plus riches disposent d’une connexion Internet chez eux, contre seulement 16 % des enfants des ménages les plus pauvres.
Dans les pays à faible revenu, moins d’un enfant en âge d’être scolarisé sur 20 dispose d’une connexion Internet chez lui, contre près de 9 enfants sur 10 dans les pays à revenu élevé.

Il existe également des disparités géographiques à l’échelle nationale et régionale. À l’échelle mondiale, près de 60 % des enfants en âge d’être scolarisés vivant en région urbaine n’ont pas Internet à la maison, contre près des trois quarts des enfants en âge d’aller à l’école vivant en milieu rural. Les enfants d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud sont les plus touchés, car près de 9 enfants sur 10 n’ont pas accès à Internet dans ces régions, indique le rapport.

Alors, a l’occasion de la Journée mondiale de l’Internet l’Union internationale des télécommunications et l’UNICEF exhortent les gouvernements à investir immédiatement pour combler la fracture numérique qui empêche actuellement les enfants et les jeunes d’accéder à un apprentissage numérique de qualité et à des possibilités en ligne.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [3091]