RTPacific Contact Avis
 
29.19° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

La situation de la sécurité alimentaire dans le pays continuera probablement à se détériorer dans les prochains mois

La situation de la sécurité alimentaire dans le pays continuera probablement à se détériorer dans les prochains mois



Selon la Coordination nationale sur la Sécurité alimentaire, la situation de sécurité alimentaire dans le pays est très alarmante. Car, souligne-t-elle, malgré la prévision de bonnes conditions climatiques pour l’agriculture, la situation de la sécurité alimentaire dans le pays continuera probablement à se détériorer dans les prochains mois. Pour la période courante allant d’août 2020 à février 2021, 42% de la population a besoin d’une action urgente, alerte la CNSA.

Dans sa dernière analyse sur le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC), la CNSA porte a la connaissance des autorités du pays que, pour la période courante allant d’août 2020 à février 2021, environ 9% de la population analysée (905,471 personnes) est classé en phase 4 de l’IPC (Urgence) et 33% (3,083,497 personnes) en phase 3 de l’IPC (Crise), soit 42% de la population en besoin d’une action urgente. Pour la période projetée, allant de mars à juin 2021, environ 12% de la population analysée (1,156,915 personnes) est en phase 4 de l’IPC (Urgence) et 34% (3,198,820 personnes) en phase 3 de l’IPC (Crise) soit 46% de la population en besoin d’une action urgente pour la période de projection.

Selon la CNSA, les principaux facteurs déterminants qui ont détérioré la situation de la sécurité alimentaire dans le pays, sont les indicateurs économiques suivants : le taux de change et son corollaire l’inflation ; la faible performance de la campagne agricole de printemps ; les impacts directs et indirects du COVID-19, notamment les pertes/diminutions de revenu des ménages, hausse des prix des produits alimentaires de base, les restrictions générales de mouvement.

Parallèlement, la CNSA dans ce rapport rappelle qu’en octobre 2020, la situation de la sécurité alimentaire a été améliorée légèrement. Cette amélioration avance-t-elle, a été enregistrée en raison de l’évolution favorable des prix des produits alimentaires de base et par conséquent de la valeur du panier alimentaire.

« Cette amélioration a été cependant de très courte durée dans la mesure où la valeur du panier a repris sa tendance à la hausse en novembre. Il faut toutefois reconnaitre que la baisse du taux de change et des prix des produits importés a eu aussi des effets négatifs sur le pouvoir d’achat de certaines catégories de la population notamment les ménages dépendant des transferts de l’étranger, les producteurs locaux qui ont été contraints de baisser leur prix afin de pouvoir s’aligner aux prix des produits importés », lit-on.

Cependant, les prévisions de la CNSA font croire que, même avec les injections de dollars de la Banque de la République d’Haïti (BRH), la tendance haussière de la valeur du panier alimentaire va probablement se poursuivre. car l’expérience montre qu’à mesure que font les injections de dollars, il est devenu de plus en plus difficile d’en faire l’acquisition. Car l’expérience montre qu’à mesure que font les injections de dollars, il est devenu de plus en plus difficile d’en faire l’acquisition.

De plus, l’analyse de la CNSA démontre que les conditions de disponibilité et d'accès alimentaire seront très probablement dégradées suite à la détérioration probable du climat sociopolitique à l’approche des échéances politiques notamment du 7 février 2021.

« Les faibles performances des dernières campagnes agricoles vont entrainer éventuellement un démarrage précoce de la période de soudure qui débute normalement au mois de mars. Tous ces facteurs concourent pour une perspective de détérioration des conditions de la sécurité alimentaire dans les prochains mois », affirme la CNSA dans son dernier rapport.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [3094]