RTPacific Contact Avis
 
29.19° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

5e journée de l’économie : la problématique de la gouvernance économique d’Haïti au menu des échanges

5e journée de l’économie : la problématique de la gouvernance économique d’Haïti au menu des échanges



Dans le cadre de la 5e journée de l’économie, une réflexion de haut niveau de l’État s’est déroulée, le jeudi 28 janvier 2021, à l’hôtel Karibe convention center. Consacrée au thème : « Constitution et élections pour une bonne gouvernance économique », cette journée a été animée par des personnalités de la place en vue de démontrer comment la Constitution et les élections peuvent contribuer à garantir la stabilité politique, légitimer les pouvoirs publics, afin d’arriver à un développement socioéconomique viable.

Selon la Banque mondiale (BM), la bonne gouvernance désigne la manière dont le pouvoir est exercé pour gérer les ressources économiques et sociales consacrées au développement. Autrement dit, la bonne gouvernance est le mode de gestion exercé par l’État à travers ses institutions et les dispositifs de régulation en matière de fiscalité, gestion budgétaire, contrôle des dépenses publiques, passation des marchés publics, lutte contre la corruption, politique monétaire et commerciale.

Alors tenant compte de cette définition, on pourrait dire que la notion de bonne gouvernance est loin d’être effective en Haïti. Car, on constate que c’est la mauvaise gouvernance que pratiquent les autorités haïtiennes depuis des dizaines années. Une situation qui interpelle le pouvoir en place.

Par contre, vu la situation macroéconomique actuelle qui selon les dirigeants, semble dénoter la défaillance des institutions et des dispositifs de régulation étatiques, une cinquième journée de l’économie a été organisée sur une thématique bien précise, à savoir, « Constitution et élections pour une bonne gouvernance économique », à laquelle, le chef de l’État, Jovenel Moise, le chef du gouvernement, Joseph Jouthe, des membres du gouvernement, des membres du Conseil électoral provisoire (CEP), des membres du Comité consultatif indépendant pour l’élaboration du projet de la nouvelle Constitution et des membres de la société civile, ont pris part.

La réalisation de cette activité informe le secrétaire général de la Primature, Jean Charles Faustin, est motivée par la décision prise par le gouvernement d’identifier et éliminer les goulots d’étranglement de la gouvernance économique liés à la Constitution et aux élections. « Par cette journée, le gouvernement entend relever les défis et enjeux en matière de bonne gouvernance économique, relatifs à la Constitution et aux élections tout en faisant des propositions pouvant renforcer la gouvernance », a-t-il indiqué.

À cet effet, plusieurs sous-thématiques ont été abordées par des membres du pouvoir en place et des experts nationaux. Tout d’abord, dans un panel composé de deux membres du Comité consultatif indépendant (CCI), en l’occurrence Louis Naud Pierre et Jean Emmanuel Eloi, ils ont parlé sur : « Constitution : les enjeux pour une bonne gouvernance économique ». Ensuite dans un deuxième panel avec le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des questions électorales, Mathias Pierre, la conseillère du Premier ministre, Marie-Carmelle Paul-Austin et le directeur exécutif du CEP, Max Délices.

Leurs interventions ont porté sur des questions bien spécifiques pour permettre à l’État de reprendre le contrôle du système économique, montrer des mécanismes à mettre en place pour pouvoir accoucher des élus légitimes et compétents capables de faire des choix éclairés en matière de bonne gouvernance économique et proposer des réformes ainsi que des choix économiques devant appuyer la bonne gouvernance et garantir le développement durable.

Prenant la parole en cette circonstance, le Premier ministre Joseph Jouthe a attiré l’attention des participants sur l’importance de cette journée. Selon lui, cette 5e journée de l’économie est d’un intérêt capital pour le pays, car dit-il, la bonne gouvernance est le chemin le plus sûr pour finir avec la pauvreté et soutenir le développement.

Reconnaissant que, la qualité de gouvernance économique en Haïti est tributaire vu des difficultés, en tant que chef du gouvernement, M. Jouthe dit s’engager à prendre des réformes dans l’administration publique pour corriger les défaillances constatées, dans l’idée de parvenir à une situation de gouvernance acceptable et susceptible, pour changer véritablement les conditions de vie de la population haïtienne.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [3094]