S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Sortir les professeurs haïtiens de la misère : quelle éducation financière possible ?

Sortir les professeurs haïtiens de la misère : quelle éducation financière possible ?



Désolé mes chers collègues professeurs, vos anciens élèves et étudiants qui occupent les plus hautes sphères des élites et des pouvoirs politiques et économiques, en particulier n’ont pratiquement pas priorisé vos besoins les plus urgents pour une amélioration de vos conditions de vie et de celles de vos familles.

Derrière les nombreux mouvements de grèves, de manifestations, de protestations avec des revendications les plus légitimes, les retombées prendront du temps pour tomber du ciel, dans des contextes assez difficiles.

Dans une démarche totalement différente, mais surtout complémentaire, non pas pour laisser tomber les avancés et les plaidoyers initiés depuis plusieurs décennies par de nombreux syndicalistes, des leaders, des associations et d’autres acteurs de la société civile haïtienne et quelques partenaires étrangers, il y a lieu de prendre en compte les connaissances et les compétences des professionnels de l’éducation, en particulier des enseignants et des éducateurs, en matière d’éducation financière et d’intelligence économique.

Diagnostiquer les causes et les impacts de la misère des professeurs haïtiens sur la qualité de l’éducation fournie aux écoliers haïtiens dans le système éducatif haïtien, à tous les niveaux préscolaires, primaires, secondaires, professionnels et universitaires dans l’ancien et le nouveau système, c’est rendre justice à ces formateurs et ces apprenants, et surtout à l’économie et au développement durable du pays.

Difficile de parler de la qualité de vie pratiquement pour les professeurs évoluant dans les écoles nationales et les lycées en Haïti, dans la grande majorité, en sachant que le salaire mensuel qui arrive en retard, l’absence de système d’assurance, encore moins des avantages sociaux ne permettront jamais à ces professionnels qualifiés et tombés du ciel de trouver les moyens pour se payer un loyer décent, nourrir sa famille, se vêtir en toute élégance et dignité, se permettre le luxe d’acheter régulièrement des livres non usagers, et voyager pour des colloques et des séminaires de spécialisation.

De ce rêve de bien-être qui ne viendra pas avec le salaire mensuel qui sera certainement asphyxié par l’inflation galopante et une mauvaise équation entre les revenus et les dépenses, l’éducation financière et l’entrepreneuriat sont les deux planches de salut pour sortir les professeurs haïtiens de la misère.

Douze activités entrepreneuriales parallèles, toujours dans le domaine de l’éducation et des expertises de cours dispensés par les professeurs haïtiens ont été retenues.

1- S’autoformer en entrepreneuriat et identifier les maillons économiques de la chaine de l’éducation pour pouvoir fournir de nouveaux produits et services dans le secteur ;

2- Diversifier les sources de revenus, épargner, investir et ne pas dépenser plus que ses rentrées sont parmi les consignes élémentaires en matière d’éducation financière ;

3- Dispenser des cours particuliers, en dehors des enseignements réalisés dans les cours réguliers et organiser des séminaires pour d’autres publics au sein de son quartier et dans d’autres villes chaque week-end ;

4- Intervenir dans des conférences sur des thématiques liées aux cours dispensés, aux activités pratiques et mettant en valeur des expériences croisées, à partir des problèmes confrontés par les élèves et/ou leurs parents ;

5- Écrire des ouvrages sous forme de guide ou des documents de travail sans rentrer dans une sorte de prolifération des manuels scolaires reconnus par l’État ou utilisés lors des cours ;

6- Intégrer des activités sociales et culturelles, caritatives et philanthropiques pour pouvoir renforcer le capital social et réseautage professionnel et sectoriel ;

7- Se documenter sur ce que font les professeurs pour survivre dans d’autres régions du pays et dans les autres pays ;

8- Se former continuellement à partir des livres, des documentaires, des vidéos et de façon formelle à l’université et dans des séminaires spécialisés ;

9- Participer dans des événements et des programmes au sein de sa communauté respective, parmi les notables ou les conseillers bénévoles de la mairie, des institutions religieuses, entre autres ;

10- Se regrouper au sein des associations de professeurs, de parents ou des professionnels de l’éducation pour accompagner les autorités dans le développement durable, ce qui offrira l’occasion de représenter la ville dans des activités à l’intérieur et en dehors du pays ;

11- Organiser des activités récréatives, culturelles, intellectuelles et des concours pour honorer suivant des territoires et des collectivités les meilleurs professeurs dans chaque catégorie et spécialité académique et professionnelle.

12- Lancer des entreprises impliquées dans la fabrication d’un ensemble de produits de base ou de produits dérivés ou des accessoires utilisés dans les secteurs et les segments du système éducatif haïtien.

Douze pistes parmi plusieurs autres, qui méritent une attention particulière de la part des professeurs, des enseignants et des éducateurs haïtiens qui, dans l’impossibilité de bénéficier de meilleures conditions de travail, n’ont d’autres choix que d’investir et de s’investir en matière d’éducation financière, d’entrepreneuriat et d’intelligence économique, afin d’identifier et de profiter de toutes les opportunités parallèles offertes tant par le secteur de l’éducation et les autres activités économiques.

Demain vos anciens élèves et étudiants n’auront pas de gène pour vous saluer en vous croisant dans les rues, parce que tout simplement vous avez choisi d’enseigner et d’entreprendre parallèlement suivant les règles d’éthique, en en fonction de votre droit de vivre dans la dignité et le bien-être.

Dans une société aussi ingrate et un pays où la profession d’éducateur, d’enseignant ou de professeur est loin d’être une priorité pour les élites et un outil indispensable pour la transmission des connaissances et le transfert des compétences, dans un processus de développement, nos chers formateurs n’ont d’autres choix que de développer d’autres expertises parallèles pour rentabiliser leurs activités économiques à travers d’autres biens, des produits et des services.

Donnez une chance à ce nouveau mariage entre l’éducation et l’économie, qui pourra enfanter l’entrepreneuriat. Sortez du par cœur dans l’éducation pour devenir des acteurs économiques dans la société. Sinon vous allez le regretter très cher mes chers professeurs !

Dominique Domerçant




Articles connexes


Afficher plus [2558]