S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
« Moniliose de cacaoyer », une maladie qui préoccupe les gouvernements haïtien et dominicain

« Moniliose de cacaoyer », une maladie qui préoccupe les gouvernements haïtien et dominicain








En vue de lutter contre la disparition de la filière de cacao sur l’île d’Haïti, une réunion s’est tenue, dans un hôtel dominicain, récemment, entre les autorités de la République dominicaine et d’Haïti sur la validation de la stratégie de prévention de l’apparition de la moniliose et du protocole d’urgence. Les représentants de ces deux pays s’entendent pour empêcher cette maladie d’entrer sur l’île.

De jour en jour la production de cacao en Haïti est victime de toute sorte de maladies. En effet, ces maladies diminuent considérablement le niveau de production dans cette filière. Face à ce constat, les dirigeants haïtiens et dominicains en partenariat avec d’autres organismes internationaux, dont le Fonds européen de développement (FED), ont paraphé un protocole d’accord.

De ce fait, ils ont pris un ensemble de décisions qui, selon eux, visent à combattre les maladies auxquelles fait face la filière du cacao. En ce sens, ils comptent mettre en œuvre l’application de fongicides et de techniques culturales visant à réduire la source d’inoculum et à freiner le développement de la maladie. « La menace sur le cacao de l’île est d’autant plus élevée que les phénomènes cycloniques fréquents dans la région peuvent favoriser le transport des spores de la moniliose de la Jamaïque vers Haïti et la République voisine », a fait remarquer un communiqué.

L’ambassadeur Vargas Hernández, de la Direction générale de la Coopération multilatérale dans son intervention croit que le problème auquel est confrontée la filière de cacao sur l’île entière est de taille. « L’alerte à la menace de la monilia oblige les autorités, les producteurs et les différents secteurs liés à sa commercialisation et la population en général des deux pays, à surveiller les symptômes de son apparition », ont fait remarqué plus d’un.

Il importe de souligner qu’aucun cas de moniliose du cacaoyer n’est pas encore signalé dans les deux pays. Par contre, la menace, selon ce communiqué, est réelle. « La maladie est présente en Jamaïque depuis 2015 où elle cause de graves dommages et pourrait, si elle touchait l’île, mettre en péril l’importante chaîne de valeur économique du sous-secteur du cacao, une culture essentielle pour les deux pays », a-t-on souligné.

Il faut préciser que la moniliose du cacaoyer, une maladie fongique due au champignon « Moniliophthorarorericause » depuis près d’un siècle de très sérieux dégâts dans plusieurs pays d’Amérique latine.

Hervé Philippe, conseiller technique du Bureau de l’ordonnateur national d’Haïti, José Villagra, de l’Union européenne, ReynaldoFerreiras, Directeur du département cacao du ministère de l’Agriculture dominicain, Cleome Abel, représentant du ministère de l’Agriculture d’Haïti ; Kim Sassine, Directrice exécutive de la Chambre de commerce et d’industrie d’Haïti, Idelfonso Medina, Vice-président exécutif de DR CocoaFoundation, ainsi que plusieurs experts et spécialistes du domaine sont, entre autres les différentes personnalités qui ont pris part à cette rencontre.

Cluford Dubois



Articles connexes


Afficher plus [2405]