S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
L’association « Haïti Femme & TIC » lance un programme d’entrepreneuriat pour transmettre aux jeunes la culture d’entreprise

L’association « Haïti Femme & TIC » lance un programme d’entrepreneuriat pour transmettre aux jeunes la culture d’entreprise








En étroite collaboration avec l’école Supérieure d’Infotronique d’Haïti (ESIH), la « Fondation lakou Timoun » et l’université de Virginia, l’association « Haïti Femme & TIC (HFTIC) » a lancé, le lundi 19 août 2019, un programme d’entrepreneuriat dénommé « NEPY » visant à transmettre aux jeunes la culture de l’entrepreneuriat. En effet, pendant deux semaines, soit du 19 au 30 août, des jeunes venant des cinq départements du pays auront la possibilité d’apprendre tous les B-A-BA de l’entrepreneuriat, a informé la présidente de ladite association, Nadia Jean Charles, lors de ce lancement.

Dans l’idée d’ouvrir les champs d’opportunités aux jeunes, des boursières d’YLAI (Young leaders of the americas initiave) ont mis sur pied un programme pour enseigner l’entrepreneuriat à la jeunesse haïtienne. NEPY (National entrepreneurship program for youth) — qui a pour traduction française, Programme national d’entrepreneuriat pour les jeunes universitaires — selon les explications fournies par la présidente de « Haïti Femme & TIC (HFTIC) », Nadia Jean Charles, est conçu pour apprendre aux jeunes universitaires, tous les B-A-BA de l’entrepreneuriat, et leur permettre de créer des activités génératrices de revenu, aux fins de dynamiser l’économie nationale.

Pour cette 1ere édition, a-t-elle avancé, 50 jeunes de cinq départements du pays, notamment, l’Ouest, le Sud, l’Artibonite, le Centre et le Nord, seront formés en entrepreneuriat dans une période allant de 19 au 30 août 2019. Et après cette formation, les organisateurs entendent aider chaque participant à monter un plan d’affaire pouvant être utile à leur communauté respective. Puis, ces derniers-là présenteront ces projets par-devant des membres du jury, et les projets sélectionnés bénéficieront d’un appui financier, pour son implémentation.

Toutefois, Nadia Jean Charles croit, « à l’ère des TIC, il nous faut travailler pour créer les conditions pour que le pays puisse avoir des entrepreneurs leaders créateurs de valeurs ». Sans une jeunesse formée, le pays n’ira nulle part, a martelé la jeune entrepreneure.

« À l’heure actuelle, la jeunesse est livrée à lui-même. Le fait d’offrir des séances de formation à ces dernières, c’est déjà une bonne chose pour le pays », croit Me Ramong Jean-Louis, président de la fondation « Lakou Timoun ». En ce sens, avec le programme NEPY, dit-il, qui s’engage à développer chez les jeunes l’esprit d’entrepreneuriat, les jeunes seront dotés d’un outil leur permettant de créer leur demain en mettre en exergue leur capacité. Par conséquent, après cette formation, le pays aura dans ses actifs 50 nouveaux jeunes entrepreneurs chargés de créer de la richesse. En outre, il a lancé un vibrant appel aux jeunes pour leur demander de rester positif.

Quant à Marie-Flore Morette, boursière de YLAI, co-fondatrice de WITEP (women innovation technology entrepreneurship program) et également fondatrice de l’organisation « chimen fanm konsekan », elle a plutôt parlé d’YLAI (Young leaders of the americas initiave). « YLAI est une initiative du Gouvernement américain qui offre des opportunités aux jeunes œuvrant dans des activités sociales et économiques. Depuis l’année 2016, Haïti participe à ce programme, et grâce à YLAI, les jeunes Haïtiens qui prennent part, profitent de l’occasion pour faire du réseautage et améliorer les connaissances en littérature financière ».

Peterson Jean Gilles



Articles connexes


Afficher plus [2405]