S'identifier Contact Avis
 
31.22° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
« Il faut une stratégie de substitution aux importations », croit Jean Poincy

« Il faut une stratégie de substitution aux importations », croit Jean Poincy








Les mesures adoptées au cours des derniers mois en vue de redresser la situation socioéconomique du pays se sont révélées peu efficaces, regrette l’économiste Jean Poincy. L’inflation a atteint la barre des 18 %, selon un récent rapport de l’Institut haïtien de statistiques et d’informatique. La gourde ne cesse de se dévaluer face au dollar américain. Le professeur Jean Poincy prévient que la crise va encore empirer si aucune décision « correcte » n’est prise.

La gravité de la situation actuelle n’est pas à démontrer tant elle est évidente. Les autorités ne doivent plus faire semblant de ne pas comprendre les indicateurs, ajoute l’économiste. Il estime qu’avec les prix qui flambent dans les supermarchés et le commerce informel, de nombreuses personnes risquent de ne pas pouvoir manger à leur faim. Malheureusement, tant du côté de la Banque de la République d’Haïti (BRH) que du ministère de l’Économie et des Finances, il n’y a eu que des mesures « artificielles » ces derniers mois.

Lors d’une entrevue accordée au journal Le National, le mardi 9 juillet 2019, l’ancien candidat à la présidence a souligné trois mesures à adopter par les autorités pour empêcher que le pays ne sombre dans la faillite totale. « Il faut développer une stratégie de substitution aux importations, élargir l’accès au crédit à travers les outils dont dispose la BRH et promouvoir un modèle de développement économique axé sur la manufacture », soutient M. Poincy.

Les entrées de devises ont sérieusement diminué. Parallèlement, de nombreuses personnes font d’importantes dépenses en dollars pour voyager ou prendre soin de leurs proches à l’étranger. Ce sont deux facteurs qui expliquent, en partie, la dévaluation continue de la gourde, de l’avis de Jean Poincy. En expliquant le lien entre l’inflation et la décote de la monnaie locale, il soutient que la situation ne s’améliorera pas sans une politique de substitution aux importations qui repose en priorité sur le secteur manufacturier. « Il est possible de diminuer de façon considérable les importations si une stratégie nationale est mise en œuvre en ce sens », croit le professeur d’université.

Contrairement aux arguments brandis pour prôner un modèle de développement basé sur l’agrotourisme, Jean Poincy croit que la manufacture offrira de meilleures opportunités en termes de créations d’emplois. Il encourage les autorités à en tenir compte dans leurs stratégies de développement économique. Et pour provoquer une croissance véritable dans l’économie, le crédit doit être rendu disponible par une correction de la politique monétaire. « La BRH s’assurera que l’argent déposé par les épargnants soit accessible à ceux qui souhaitent se lancer dans les affaires », recommande-t-il.

Selon le dernier rapport de l’IHSI, l’inflation est passée à 18 % au mois de mai 2019. Les produits qui ont le plus influencé la hausse de l’inflation sont l’alimentation, la santé, les loisirs, les restaurants et des biens et services divers. « Les prix des produits importés continuent d’augmenter à un rythme relativement élevé, soit 19.6 % en glissement annuel. Une tendance quasiment similaire est affichée par les produits locaux qui ont crû de 17.2 % sur un an », lit-on dans ledit rapport.

Kendi Zidor



Articles connexes


Afficher plus [2369]