S'identifier Contact Avis
 
28.33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Bonne note pour le secteur bancaire pour le 2e trimestre de l’exercice fiscal 2018-2019

Bonne note pour le secteur bancaire pour le 2e trimestre de l’exercice fiscal 2018-2019








« L’actif des banques a progressé de 2,92 % en variation trimestrielle, pour se chiffrer à 365 milliards de gourdes », a révélé la Banque de la République d’Haïti (BRH) dans sa note sur la politique monétaire pour le deuxième trimestre de l’exercice fiscal 2018-2019. Cette progression, selon cette note, reflète principalement une hausse de 5,7 % des disponibilités à 160 milliards de gourdes, dont des avoirs à la BRH pour 122 milliards de gourdes.

Pour le 2ème trimestre de l’année fiscale 2019, le secteur bancaire a affiché, en dépit de la situation catastrophique de l’économie du pays, de très bons résultats. En effet, selon la note sur la politique monétaire de la BRH, l’avoir des banques a accusé une augmentation de 2,92 en variation trimestrielle, pour atteindre cette fois 365 milliards de gourdes. Ce résultat exprime une hausse de 5,7 des disponibilités à 160 milliards de gourdes.

Toujours selon ce document d’une dizaine de pages, en variation mensuelle, la structure financière du système bancaire s’est améliorée ; les fonds propres, ayant davantage financé l’actif du système bancaire. « En effet, le ratio avoir des actionnaires en pourcentage de l’actif a augmenté de 13 points de base pour se chiffrer à 8,86 %. S’agissant des ratios de rentabilité, le rendement des actifs (ROA) et celui des fonds propres (ROE) ont affiché une baisse en variation mensuelle (de 2,34 % à 2,05 % pour le ROA et de 26,67 % à 23,27 % pour le ROE) », lit-on.

Pour ce qui est des ressources du système bancaire, d’après la banque centrale, elles ont été marquées par l’augmentation du volume des dépôts passant de 287,3 à 297,1 milliards de gourdes de décembre 2018 à février 2019, soit une croissance de 3,41 %. « Cette évolution est reflétée dans toutes les catégories de dépôts. En effet, les dépôts à vue ont affiché une hausse de 2,84 %, tandis que ceux d’épargne et à terme, ont respectivement crû de 4.28 % et 3.38 %. Conséquemment, l’indicateur d’intermédiation bancaire « Prêts nets/Dépôts totaux » s’est chiffré à 38,2 % soit une baisse de 80 points de base comparée à décembre 2018 », explique la plus grande banque du pays.

La BRH a, par ailleurs, mentionné que le cumul du produit net bancaire (PNB) sur la période allant d’octobre 2018 à février 2019 se chiffre à 9,4 milliards de gourdes, suite à une augmentation de 35,7 % par rapport à la même période de l’année fiscale antérieure. Cette situation reflète une hausse, selon cette note, des revenus nets d’intérêt de 21,4 %, alors que les autres revenus ont affiché une croissance de 57,4 %. Le bénéfice net cumulé du système bancaire sur les cinq premiers mois de l’exercice 2019 a atteint la barre des 3,2 milliards de gourdes, contre 1,66 milliard un an auparavant, a-t-on ajouté.

La rentabilité des actifs gagne 1,11 point de pourcentage pour se chiffrer à 2,05 % du ROA alors que parallèlement, le ROE progresse de 13,12 points de pourcentage pour se porter à 23,27 %. « En février 2019, un renforcement de la dollarisation du système bancaire a été observé au regard des trois principaux ratios utilisés pour mesurer ce phénomène. Ainsi, l’actif en devises converties a-t-il représenté 56,35 % de l’actif total, contre 54,98 % au 1er trimestre 2019, soit une hausse de 137 points de base », a-t-on fait savoir.

Parallèlement, les dépôts en devises converties en gourdes et en pourcentage des dépôts totaux ont-ils progressé, en passant de 63,55 % en janvier 2019 à 65,03 % un mois plus tard, ayant été entraînés uniquement par le comportement de toutes les catégories de dépôts.

En ce qui concerne les ressources de l’achat des bons BRH dont les taux d’intérêt nominaux sur les différentes maturités de 7, 28 et 91 jours sont restés inchangés soit à 8 %, 10 % et 12 % respectivement, a-t-on appris. De plus, d’après cette note, les banques commerciales ont alloué moins de ressources à l’achat de bons BRH. Cette situation est à la base de la diminution des bons BRH. « L’encours des bons BRH a chuté de 9,74 % en rythme trimestriel, pour s’établir à 8,14 milliards de gourdes », a indiqué la note.

Concernant le système de crédit, celui-ci a connu une hausse au cours de la deuxième période de l’année fiscale 2019. Si l’on croit les données fournies dans cette note, le portefeuille de prêts a vu une progression de 1,39 % le portant à 111,9 milliards de gourdes. « Cette évolution s’explique en grande partie par l’effet de la dépréciation de la monnaie locale sur le portefeuille de crédit en devises », a mentionné la Banque centrale dans la note sur la politique monétaire.

Pour la qualité de l’actif, explique la BRH, le ratio des prêts improductifs en pourcentage des prêts bruts a affiché une évolution défavorable aussi bien en glissement annuel qu’en rythme mensuel, se chiffrant ainsi à 4,15 % en février 2019, contre 4,08 % et 3,48 %, respectivement en janvier 2019 et février 2018.

Toujours d’après cette note, le ratio du portefeuille de prêts nets en devises converties en pourcentage des prêts nets totaux, a progressé de 47 points de base en rythme trimestriel, pour s’élever à 49,41 %. « Globalement, ces progressions reflètent principalement l’impact de la dépréciation sur les montants en dollar convertis en gourde », précise la BRH.

Cluford Dubois



Articles connexes


Afficher plus [2369]