S'identifier Contact Avis
 
26.33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sports rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Le secteur textile en crise : assassinat et menaces de mort

Le secteur textile en crise : assassinat et menaces de mort








En vue de dénoncer leur calamité dans le secteur textile en proie d’une vaste activité de contrebande, plusieurs syndicats dont la Confédération des travailleurs des secteurs publics et privés (CTSP) et le Central national des ouvriers haïtiens (CNOHA) ont donné une conférence de presse dans la capitale, le mercredi 23 janvier 2019. À l’occasion, ils ont fait des révélations sur la cause de la mort d’Alain Dougé, directeur du CTMO de la loi Hope et des risques pour le pays de perdre les bénéfices de cette loi.

Cette fois, il ne s’agit pas du salaire minimum, il s’agit bien au contraire d’une activité mafieuse qui pourrit le secteur textile haïtien. Des syndicalistes issus de diverses organisations du secteur sont montés au créneau pour dénoncer des contrebandiers notoires qui évoluent dans le secteur. Selon les syndicalistes qui dénoncent cette situation, ils sont l’objet de graves menaces pour avoir mis les projecteurs sur cette activité malhonnête qui n’est pas sans conséquence sur l’avenir du secteur et les emplois qu’il génère.

Déterminés, les syndicalistes n’entendent pas baisser les bras, encore moins compter des victimes pour n’avoir pas le courage de dénoncer cette activité de corruption. Selon leurs dires, cette activité ne date pas d’hier. Très puissants, disent-ils, ces contrebandiers sont les auteurs de la mort du directeur exécutif de la Commission tripartite de mise en oeuvre (CTMO) de la loi Hope (Hemispheric opportunity through partnership), Alain Dougé, qui refusait de leur accorder les coudées franches pour faire transiter illégalement des produits textiles venant d’autres continents, dont l’Asie, en direction des États- Unis d’Amérique. De l’avis des dénonciateurs, Alain Dougé était le seul à pouvoir accorder les visas pour l’exportation de ces produits vers les USA sans payer de taxes ni les droits de douane. Pris en grippe par les contrebandiers, le directeur du CTMO a été froidement exécuté le 21 décembre 2018.

Dénonçant la situation et relatant qu’ils ont déjà saisi les organismes des droits humains et la communauté internationale à cet effet, les syndicalistes informent de la présence d’enquêteurs du département d’État américain dans le pays en vue de faire lumière sur, à la fois l’origine, les auteurs et les complices haïtiens favorisant le transit de ces produits textiles par Haïti alors que depuis des lustres le pays ne fabrique plus de jeans.

Fort de cette situation, les syndicalistes évoquent de possibles retombées graves sur l’économie haïtienne. D’une part la loi Hope quarante mille (40.000) emplois sont menacés et d’autre part le pays court le risque de perdre des centaines de millions de dollars de revenus dans cette aventure. À cet effet, ils appellent l’État haïtien à assumer ses responsabilités.

Daniel Sévère



Articles connexes


Afficher plus [2147]