S'identifier Contact Avis
 
31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Les actions du gouvernement Jean Henry Céant sont toujours invisibles

Les actions du gouvernement Jean Henry Céant sont toujours invisibles








4 mois après son installation à la tête de la Primature, le Premier ministre, Jean Henry Céant, n’est pas encore en mesure de délivrer la marchandise pour débloquer la situation de précarité à laquelle se trouve la population haïtienne. Pour le début de l’année 2019, c’est le même constat. Les actes de banditisme se répètent quotidiennement, la dépréciation de la gourde poursuit son petit chemin, les denrées agricoles sont toujours rares sur le marché, le taux d’inflation s’accroît, et on constate aussi une rareté du carburant dans toutes les régions du pays. Alors, vu ces dérives, c’est l’insécurité totale dans toutes les facettes.

Dans l’énoncé de la Politique générale du Premier ministre, Jean Henry Céant, un ensemble de mesures ont été formulées dans l’idée d’apporter des réponses concrètes et rapides à la population, qui depuis des années, est oubliée par l’État. Lors de la séance de ratification de sa déclaration de Politique qui s’est tenue, le lundi 17 septembre 2018, au Parlement, le leader du parti « Renmen Ayiti » a déclaré que son gouvernement allait travailler pour répondre aux revendications légitimes du peuple haïtien. Dans ce même document, pour l’année 2019, le chef du gouvernement prévoit un taux de croissance de 4 %, alors que dans son premier projet de loi de Finances 2018- 2019, le taux de croissance prévue était de 2.8 %, contrairement à la projection qui a été faite par le locataire de la Primature.

Pour la jeunesse haïtienne, il se présentait même comme le sauveur en disant ceci : « Aprè benediksyon m, 2 pi gwo misyon m kom premye minis se kreye kondisyon pou jenès nou an rekomanse kwè nan pwòp peyi l. E se bay moun k ap travay yo ankourajman pou yo kontinye vanse », a souligné Me Céant. Pourtant le ministère de la Jeunesse et des Sports n’a même pas un (1) pour cent dans le budget national. Et la jeunesse se dirige toujours vers des pays étrangers pour la conquête d’un mieux-être.

Jean Henry Céant a même déclaré que son gouvernement allait travailler pour répondre aux revendications légitimes de la population. 4 mois après son installation, les réponses rapides dont il avait parlé ne sont pas encore remarquées.

Toujours selon le document de la politique générale du Premier ministre Céant, beaucoup de mesures s’articulaient au profit du secteur agricole, en vue d’accroître la production nationale. Son 1er ministre de l’Agriculture, de son côté, a paraphé plusieurs accords et lancé plusieurs programmes agricoles dans l’objectif de renforcer et développer ce secteur qui représente le moteur de l’économie haïtienne. Dans un article d’un journal de la République paru en mois d’octobre dernier, le chef de cabinet du ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), Aldrin Calixte, a fait savoir que la production locale tourne autour de 40 %. En ce sens, il pense que la seule manière qu’on peut de résoudre le problème de sécurité alimentaire dans le pays, c’est par la production.

En ce sens, la campagne agricole d’hiver a été lancée le mois de novembre dernier par le MARNDR et l’achat des équipements agricoles a été aussi fait par cette institution toujours dans le but d’augmenter la production nationale. Mais jusqu’à date, les prix des produits alimentaires ne cessent de grimper sur le marché national et le taux d’importation continu de croitre également. Le pire, des paysans de la Vallée de l’Artibonite crient au secours en déclarant que dans le cadre de la Caravane de changement, ils n’ont rien bénéficié. Ils ont même porté un démenti formel aux informations qui font croire que la production de riz augmente dans la Vallée de l’Artibonite.

Alors donc, à quand seront disponibles les denrées agricoles pour pouvoir résoudre l’insécurité alimentaire aiguë et le problème de pauvreté dans le pays ?

Peterson Jean Gilles



Articles connexes


Afficher plus [2179]