S'identifier Contact Avis
 
31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

« Jenerasyon Za » choisit d’honorerRoro d’Haïti

« Jenerasyon Za » choisit d’honorerRoro d’Haïti



« Jenerasyon Za », une structure organisationnelle basée à Gros-Morne et œuvrant dans la promotion de la culture haïtienne, organise, le 2 août prochain, une vente signature à l'occasion du 29e anniversaire de l'album « Kembe » de l’artiste Roro d'Haïti. Cette activité est un acte de reconnaissance envers l'artiste qui a beaucoup contribué au rayonnement de la musique haïtienne.


Si, dit le dicton, nul n'est prophète chez soi, des jeunes Gros-Mornais réunis autour de « Jenerasyon Za », mettent à l’honneur, dimanche 2 août, Roro d’Haïti, de son vrai nom Jean Ewald Fils Dauphin, né à Port-au-Prince en 1949.

Le but de cette initiative est de permettre non seulement à plus de gens d’être au courant que l'artiste est toujours là, mais encore leur permettre d’écouter ses œuvres musicales, confie Dieuné Racine, dit « Grès Balèn », étudiant en sociologie à l’Université d’État d’Haïti (UEH) et membre de ladite association.

Roro d’Haïti, estime « Jenerasyon Za », est un exemple parmi tant d’autres qui ont beaucoup lutté pour la musique haïtienne, mais qui se meurt dans l'insensibilité de l’oubli. « Roro d’Haïti permet à bon nombre de musiciens haïtiens de jouir aujourd'hui de grands privilèges. Malheureusement, il est oublié, il y a plus de 20 ans, dans l’indifférence de la population et les autorités du pays », regrette Dieuné Racine. Pour lutter contre cette crise de mémoire, l’association « Jenerasyon Za », dit-il, s’engage à l’honorer. Pour lui, cet honneur et mérite est un acte de reconnaissance envers Roro d'Haïti qui, à travers ses productions musicales, s'est engagé afin de défendre les laissés-pour-compte.

Leur attente est de voir que le secteur de la musique et les médias du pays gardent en vie ce grand artiste, espèrent les membres de cette association. Selon M. Racine, il n'y a pas une manière exacte dont la population peut contribuer à cette activité. « Un sourire, un mot d’encouragement à l’égard de l’artiste sera un réconfortant », croit Dieuné Racine, ajoutant que la population peut également participer en achetant des t-shirts et les différentes œuvres de Roro d'Haïti qui seront disponibles pour l’occasion.

Honorer Roro d’Haïti n’est pas seulement une affaire de la jeunesse gros-mornaise. Sur ce, « Jenerasyon Za » invite toutes les zones avoisinantes à prendre part à cette vente signature qui aura lieu au local de l’association situé au #17, rue du Centre, Gros-Morne. « Nous voulons juste qu'ils nous rejoignent afin que cette activité soit une véritable réussite. Car, sans eux, nous sommes faibles », résume, dans un message d'unité, Dieuné Racine.

Roro d’Haïti est un artiste qui a évolué au Canada. C'est dans ce pays qu'il a enregistré son premier album solo, « Kembe », en 1991 comprenant neuf titres dont « Fanm vanyan » et « Bouch manje ». Artiste très engagé, il bénéficie d’une réputation nationale et internationale. Rapporté par Joyce Julien, Roro d’Haïti a collaboré avec de nombreux grands artistes tels qu’Eddy François, Émeline Michel, Lòlò de « Boukman Eksperyans »... À l’échelle internationale, Roro d’Haïti avait partagé la scène avec des mégastars, dont Céline Dion, Garou, Ziggy Marley et Luc Mervil. Il a pratiqué plusieurs styles musicaux comme le nago, le rock et le vodou, souligne-t-on dans cet article.

Emprisonné à Fort-Dimanche sous la dictature de François Duvalier, Roro d’Haïti allait émigrer, après sa libération, au Canada. Il a fait son apparition pour la première fois sur scène à l’Université de Montréal à côté de Marc Yves Volcy, le chanteur de « Les Ambassadeurs ». Roro d’Haïti, pour citer M. Julien, a également collaboré avec Alfred Dorelette et Jean Séjour.

Autonome et à vocation apolitique, « Jenerasyon Za », selon Dieuné Racine, n'a pas vraiment une date de fondation. Il s’agissait d’un hashtag (#JenerasyonZa) qui a entraîné la création de cette structure. Sa mission est de valoriser, proposer et créer. Cette structure a organisé, le 3 janvier 2020, une activité culturelle avec la Galerie Benoît et Fed’art, des Ateliers de danse et de tambour. En parallèle, « Jenerasyon Za » travaille sur la promotion de certains lieux touristiques notamment la grotte Salfrize située à « Boukan Richa », première section de Gros-Morne, confirme-t-il.

Wilner Jean




Articles connexes


Afficher plus [4855]