S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Les éditions Floraisons, un nouveau souffle de la production littéraire en Haïti

Les éditions Floraisons, un nouveau souffle de la production littéraire en Haïti



En novembre, 2020 Floraisons aura deux ans. Déjà, ils ont publié six jeunes auteurs haïtiens dans le but d’insuffler un nouveau souffle dans le marché de l’édition en Haïti. Les éditions Floraison se donnent aussi pour mission d’accompagner les jeunes auteurs qui veulent éditer leurs œuvres.


Il y a de cela deux ans un groupe des amis imprégnés de culture et amoureux de lettres se rencontrent sur le coup du hasard sur Whatsapp pour parler de poésie. Ils ont décidé de mettre sur pied un club littéraire virtuel. Ils ont pris l’habitude, chaque semaine, de rassembler les textes des poètes en herbe, de les publier sur la toile, dans le but de permettre aux intervenantes et aux amants de la poésie de les commenter et les apprécier. Dans la foulée les éditions Floraison allaient prendre naissance. Un nouveau paysage esthétique haïtien est né. Et dans le corpus, six recueils de poèmes ont été édités a expliqué Samuel Clermont dans une entrevue accordée au journal Le National. Un comité de jeunes, férus de littérature, dirige la maison d’édition qui a déjà publié entre autres « Ancolie » de Christopher A. Jasmin, « Anba Dra » de Handgod Abraham, « Mamote » de Billy Doré et « Kolye an demon » de Frantzley Valbrun, « Vavari » de Samuel Clermont. Ces recueils de poèmes abordent des thématiques diverses comme la patrie, l’amour, le vivre ensemble, l’identité haïtienne, etc.

La lecture de ces recueils de poèmes a permis de recueillir un écho favorable de la part du public. Sans prétendre à l’exhaustivité, le public a cerné la cohérence interne du catalogue de la maison d’édition en dégageant les tendances esthétiques et les thèmes récurrents qui traversent les différentes publications. Pour se faire éditer à les Éditions Floraison, l’auteur doit envoyer son texte à l’adresse électronique suivante leseditionsfloraison@gmail.com . Un comité de lecture donnera son appréciation du texte. Selon le rapport et les remarques du comité de lecture on organise des ateliers d’écriture avec l’auteur après la correction du texte, puis on discute des modalités du contrat qui prévoit 25 à 40% des revenus à l’auteur a souligné Handgod Abraham. Il a fait savoir que le marché d’édition en Haïti est une aventure périlleuse compte tenu du taux d’analphabétisme dans le pays et compte tenu du faible pouvoir d’achat des haïtiens : « Ce qui sont intéressés à la lecture n’ont pas les moyens pour acheter les livres. En ce sens les éditions Floraison offrent des œuvres avec un prix qui défie toute concurrence. Nous avons participé à des foires littéraires en Haïti comme Livres en liberté, Marathon de lecture, Festival ,Pawoli, Festival entènasyonal literati kreyòl. Ce qui est intéressant nos ouvrages sont vendus au compte-goutte dans ces différentes activités. À partir de 2020, tous nos textes seront en ligne et l’un des ouvrages de l’édition participe à un colloque sur la cartographie à Lyon (France). Pour le moment nous comptons mettre plus de structure dans la maison les éditions Floraison avant de trouver des éventuels sponsors pour accompagner les jeunes auteurs haïtiens. »

Schultz Laurent Junior




Articles connexes


Afficher plus [4433]