S'identifier Contact Avis
 
32.69° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Goûter littéraire en mode Tim tim / Bwa chèch

Goûter littéraire en mode Tim tim / Bwa chèch








Vendredi 17 mai 2019. Il est à peine sept heures du soir, après une averse de pluie, Anba pye bwa à Lascahobas, rue de l’Église, plus bas de la salle paroissiale, une foule attend avec une forte impatience, des conteurs, des slameurs, le tambourineur, la danseuse Eunice Désanné et le romancier Jean Billy Mondésir pour un grand spectacle traditionnel dans le cadre de la troisième édition de la quinzaine Goûter littéraire, organisé par SKL ( Sant Kiltirèl Lawouze ), sourires au lèvres, dans un climat qui prête au bonheur, le public accueille chaleureusement les artistes avec un cri qui exprime joie et gaieté.

Le conte traditionnel haïtien et la devinette traversent toute la culture du peuple haïtien. Il n’y a pas mieux que de les combiner en réfléchissant ensemble pour trouver la réponse d’une question parfois drôle, mais parfois qui porte des leçons. Bref, c’est une façon de rire ensemble. Quand quelqu’un dans la foule a dit : pase la na kontre la ? Et une voix, en toute hâte, vous dit sentiwon. Paysans, citadins, tout le monde garde un souvenir d’un conte ou d’une devinette posée dans un lakou dans une ambiance de respect et de fraternité.

De nos jours, le conte et la devinette ont perdu de leur aura, c’est peut être à cause du coté chronophage des nouvelles technologies. Pour dire vrai, les raisons sont multiples. Et, par exemple, l’insécurité est une des plus fortes.

Devant un public d’une cinquantaine de jeunes et de moins jeunes, anba Pye bwa tout le monde a le doit de dire un conte ou proposer une devinette, l’ambiance était avenant, une vingtaine de conteurs ont participé et plusieurs devinettes sont proposées. Naturellement, le rire était au rendez-vous. Après une soixantaine de minutes le tambourineur D-jzan a charmé le public avec plusieurs rythmes de tambour comme le yanvalou, boléro, ibo, parigol, etc. Une chanson populaire a été entonnée par la foule après le rythme parigol.

Mwen chita la yo pa wè mwen
Lè m a vire do m ba yo ya nonmen non mwen
Lè m a vire dom ba yo ya nonmen non mwen
Mwen di lèm a vire do m ba yo ya nonmen non mwen
Lè m a vire do m bayo ya nonmen non mwen

Après un long moment de conte et de devinette et de chant traditionnel, le public était silencieux pour écouter les diseurs dans un récital de textes poétiques de Syto Cavé et de Georges Castera. Des jeunes slameurs étaient à l’honneur aussi, ils ont mis en exergue leurs écrits. Pour chaque texte déclamé, le public a remercié l’artiste avec une salve d’applaudissements
La cérémonie s’est achevée vers 21 h après une longue prestation de la danseuse Eunice Désanné.

À noter que SKL organise toujours des ateliers de tambour et de conte pour réanimer nos traditions, y compris les jeux traditionnels dans la commune de Lascahobas. Mais, ce spectacle-là était d’une saveur particulière, la troisième édition de la Quinzaine continue son chemin dans quatre villes du département jusqu’au 24 mai.

Ricot Marc Sony



Articles connexes


Afficher plus [3946]