RTPacific Contact Avis
 
30.61° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Kidnapping: coopération policière entre la Colombie et Haïti

Kidnapping: coopération policière entre la Colombie et Haïti



Le Premier ministre haïtien, Joseph Jouthe, reconnait que la Police nationale d’Haïti (PNH) est dépassée par le phénomène du kidnapping. Et de fait, sous la demande de son gouvernement, une mission de la police colombienne, supportée par le Bureau international des stupéfiants et de l’application de la loi (Bureau of International Narcotics and Law Enforcement Affairs), est rentrée au pays pour renforcer la capacité de l’unité anti-enlèvement de la PNH.

Impuissant face au phénomène du kidnapping qui ne cesse de terroriser la population, le Gouvernement haïtien a sollicité et obtenu l’aide d’une force policière étrangère pour renforcer la capacité de la Police nationale d’Haïti (PNH). C’est ce qu’a fait savoir le Premier ministre haïtien, Joseph Jouthe, quelques heures après que l’Ambassade américaine en Haïti ait rendu publique l’information. « Avec le support du @StateINL à #Haïti, @pnh_officiel, DG Léon Charles a accueilli des homologues de la Police nationale colombienne qui contribueront à renforcer la capacité de l'unité anti-enlèvement de la PNH », peut-on lire au matin du 23 février 2021 dans un tweet de l’Ambassade.

Dans la soirée, c’est au tour du Premier ministre haïtien de faire l’annonce, toujours sur le même réseau social, avec certaines précisions. « Face à l’ampleur du phénomène de kidnapping, mon Gouvernement a négocié et obtenu, avec l’appui de @StateINL, un support à la #PNH, à travers une mission de la police colombienne. Cette coopération vise à renforcer nos capacités de lutte contre ce fléau que nous devons éradiquer », a fait savoir M. Jouthe, chef du Conseil supérieur de la Police nationale (CSPN).

Alors que l’insécurité grandissante faisait rage dans le pays, le Premier ministre, lors de la cinquième édition de « Dialogue communautaire » qui s’est tenue le dimanche 9 août 2020 au Palais national, n’avait pas caché son insatisfaction vis-à-vis du travail de la PNH. « Je ne suis pas satisfait de la performance de la Police nationale », avait-il fait savoir, disant qu’il attendait des résultats. Et de fait, le directeur général par intérim d’alors, Normil Rameau, a été remplacé par Léon Charles.

Cependant, en dépit des efforts du nouveau DG a.i., l’insécurité, notamment avec la multiplication des cas de kidnapping reste toujours le défi majeur à relever. Peu de jours après que le président de la République, Jovenel Moïse, ait loué le travail de la PNH en annonçant que « sur 102 gangs existants, le gouvernement en a démantelé 64 et le travail de rétablissement de la sécurité a été accéléré » et que « le nombre de kidnappings a considérablement baissé », le Gouvernement a négocié et obtenu l’aide d’une équipe étrangère, démontrant ainsi l’incapacité de l’institution policière haïtienne.

Jusqu’à ce présent moment, les deux dominicains, à savoir les frères Maicol Enrique et Antonio Gerer Campusano Feliz ainsi quele jeune poète Junior Albert Augusma, connu sous le nom de « Ti Nèg », sont toujours entre les mains des ravisseurs. Si au début, le ministère de la Défense dominicaine avait indiqué, tôt dans la journée du 23 février au journal El Nacional qu’il n’est pas informé de l’envoi des équipes antiterroristes en Haïti pour secourir les Dominicains, par la suite, le ministre dominicain de la Défense, Carlos Luciano Díaz Morfa, a indiqué au journal Listin Diario que le gouvernement haïtien avait demandé de l’aide au gouvernement dominicain et qu’il a répondu affirmativement.

De son côté, M. Jouthe a fait savoir, mardi, que le Gouvernement dominicain a offert une assistance technique, pour résoudre le cas d’enlèvement des deux ressortissants dominicains et d'un Haïtien. D’après le Premier ministre, cette offre n’est pas encore à l’ordre du jour, mais ils collaborent sur la sécurité des frontières et le transfert d’informations. Lors d’une conférence de presse tenue ce mercredi 24 février 2021, le secrétaire d’État à la Communication, Frantz Exantus, a aussi démenti les informations faisant croire que le gouvernement haïtien aurait sollicité l’aide de la République dominicaine pour libérer les deux Dominicains kidnappés.

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [7775]