RTPacific Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Gonaïves : Enock Gêné Génélus, nouveau délégué départemental de l'Artibonite

Gonaïves : Enock Gêné Génélus, nouveau délégué départemental de l'Artibonite



Un nouveau délégué départemental est installé dans l'Artibonite. Il s’agit du troisième depuis la prise de fonction du président Jovenel Moïse. Le nouveau délégué a, comme ses prédécesseurs, la lourde tâche de ramener l'ordre dans le département. Une mission qui s'annonce difficile, eu égard des divergences entre les différents acteurs politiques et de la société civile au niveau du département.

Nommé par arrêté présidentiel en date du 12 février 2021, après l'éviction inattendue de Jean Osner Amisial, impliqué, quelques jours plus tôt, dans une fusillade avec les hommes armés de Deschaos, suite a une affaire d'argent qui a mal tourné selon le rapport de la Police nationale du département, Me Enock Gene Génélus fait son retour dans la politique active dans le rôle de délégué départemental, six ans après avoir été démis de ses fonctions de commissaire du gouvernement pour faute administrative grave.

Bien que son passage au parquet des Gonaïves ait été entaché d'une lourde affaire de corruption en 2015, Me Enock Gene Génélus n'en demeure pas moins une figure d'autorité dans le département de l'Artibonite, notamment dans la cité de l'Indépendance. Pour son caractère intrépide, sa nomination à la tête de la Délégation de l'Artibonite assure autant qu'elle divise. D'un côté les partisans du pouvoir et une partie de la majorité silencieuse qui veulent que la paix revienne dans la cité et de l'autre, les militants qui redoutent des excès de pouvoir de sa part.

Dans son discours d'installation le 18 février dernier, en présence de Georges Garnier, coordonnateur de l'Unité de coordination de l'ensemble des délégations et vice délégations au sein du ministère de l'Intérieur et d'autres autorités ainsi que des membres de la société civile, M. Génélus a appelé à la collaboration de tous les secteurs du département. Il a promis de réconcilier les différents quartiers en conflit.

Plus loin, il a promis de rétablir la paix dans le département et de combattre tout individu impliqué dans des activités illicites ainsi que leurs commanditaires. Il a mis en garde, tous les bandits qui sont venus chercher refuge dans la cité, arguant, qu'il est prêt à se sacrifier, non pas pour le « job » mais comme fils du département.

En attendant, l'annonce de la reprise des classes, qu'il a fixée pour le 22 février, n'a pas été suivie. Parallèlement, les hommes de Raboteau ont annoncé un cessez-le-feu pour une reprise des classes au cours de la semaine ou au plus tard la semaine prochaine.

Lesly SUCCÈS




Articles connexes


Afficher plus [7763]