S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

La DCPJ ouvre une enquête sur les violences policières contre les journalistes

La DCPJ ouvre une enquête sur les violences policières contre les journalistes



Le commandant en chef de la Police nationale d’Haïti, Léon Charles a ordonné à l’inspecteur général en chef, Frantz Jean François, d’ouvrir une enquête sur les violences perpétrées par les policiers sur les journalistes. Dans une conférence de presse donnée au QG de la DCPJ, le porte-parole adjoint de la PNH, Gary Desrosiers, appelle la population et la presse à la collaboration.


La Direction centrale de la police judiciaire a promis plus de détails sur cette enquête dans un bref délai. En effet, le porte-parole adjoint a évoqué les préoccupations de la Direction générale de la PNH qui a vu circuler sur les réseaux sociaux des vidéos accablantes sur le comportement de certains policiers. Des faits qui touchent le moral de l’institution, pense Gary Desrosiers qui rappelle que la mission de la PNH c’est de garantir l’ordre public et la sécurité publique.

Le porte-parole adjoint a également sollicité la collaboration des manifestants notamment des organisateurs, mais aussi celle des médias. Il souligne l’importance du partenariat entre la presse, la population et la PNH en matière de communication et de sécurité. « Sans la presse, il y a certaines données qui nous feront défaut. De même, nous croyons que les journalistes avec les policiers sont également deux collaborateurs dans certaines situations comme les manifestations. » Les manifestants, la presse et les policiers sont les 3 acteurs en action lors des mouvements de revendications, rappelle-t-il.

En l’espace de trois jours, allant du 8 au 10 février 2021, 2 journalistes ont reçu des projectiles et 2 autres ont été blessés de même qu’un véhicule de radio télé/Pacific a été pris pour cible. La police, la population et la presse ne font qu'un, a donc rappelé le porte-parole adjoint.

Par ailleurs Gary Desrosiers a informé des dernières dispositions de la PNH, pour assurer la sécurité durant la période carnavalesque, qui s'étend sur plusieurs niveaux. Leur objectif étant de faciliter la circulation, sécuriser les passants et empêcher le blocage des routes. Premièrement, sur l’axe routier de Titayen à Port-de-Paix, il y aura la présence active des policiers pour assurer la sécurité et la circulation routière. Le SWAT, le CIMO, le BOID, l’UDMO et la police administrative auront à sécuriser cet espace précité et deuxièmement, ils devront maintenir l’ordre dans la ville organisatrice du carnaval. Ainsi, 500 policiers devront se rendre en renfort à Port de Paix. Et enfin la présence de l’Inspection générale, du haut commandement, de la logistique et de la communication mobiliseront 1500 policiers pour le carnaval. En plus de ces dispositions, la police demande la collaboration des personnes qui fréquentent les zones allant de Titayen à Port-de-Paix.

De plus, le porte-parole a parlé du dossier du policier de la 25e promotion, Renald Courtois, qui est entendu par la DCPJ. Gary Desrosiers a précisé que les faits qui lui sont reprochés sont liés aux dérives qui ont eu lieu aux Champs de Mars le vendredi 5 février 2021.

Geneviève Rose Murdith JOSEPH




Articles connexes


Afficher plus [7625]