S'identifier Contact Avis
 
32° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

PNH : le SPNH-17 dénonce la mainmise des anciens militaires sur l’institution

PNH : le SPNH-17 dénonce la mainmise des anciens militaires sur l’institution



Les derniers changements opérés au sein du haut commandement de la Police nationale d’Haïti (PNH) dérangent certains membres de cette institution. Le Syndicat de la Police nationale d’Haïti (SPNH-17) souligne qu’avec Léon Charles comme directeur général a.i., des militaires sont promus à des postes clés au niveau du haut état major.


Militaire de formation, le nouveau directeur général a.i de la Police nationale d’Haïti (PNH), Léon Charles, semble avoir un penchant pour les anciens militaires ayant intégré l’institution policière. Environ quatre jours après son installation, de concert avec le CSPN, Léon Charles a opéré des changements stratégiques au niveau du haut commandement de la PNH. Selon le syndicat de la PNH, SPNH-17, ces mutations au niveau du haut état major de l’institution policière permettent à des anciens militaires d’occuper des postes clés.

De retour à la tête de la Police nationale après environ 15 années, le syndicat de la PNH s’interroge sur la nomination de Léon Charles dans ce contexte difficile.

Le syndicat affirme avoir noté les mutations faites au sein de l’institution. Pour eux, ces changements dictés par l’Exécutif sont contraires à la loi portant sur l’organisation et fonctionnement de la PNH. Les syndicalistes croient que les changements sont d’ordre politique.

Par ailleurs, le SPNH-17 considère le remplacement de Rameau Normil comme une affaire politique. Et, il souligne également que l’ancien DG, même s’il ne voulait pas collaborer avec eux, avait la volonté de répondre à leurs revendications. Il indique que l’ancien DG a inséré le montant de 25 000 gourdes dans le budget 2020-2021 pour la carte de débit.

La lutte pour de meilleurs traitements continue

Les syndicalistes sont fermes dans leur position. Ils réclament de meilleures conditions de travail. Exposés à toutes sortes de danger, les policiers veulent un salaire compatible avec le service fourni. Ils optent pour un salaire de 50 000 gourdes, 25 000 gourdes sur la carte de débit des policiers et 15 000 gourdes pour le personnel administratif.

Le SPNH-17 se dit partisan d’une police moderne et professionnelle au service de la population haïtienne.

Le syndicat dénonce les actes d'intimidation

Après l’acquisition du droit de se regrouper en syndicat au sein de la PNH, les policiers n’entendent pas fléchir devant la vague de transferts et de révocations. Le premier syndicat de l’institution policière demande au haut commandement de cesser les intimidations contre leur coordonnateur général Jean Elder Lundi, qui a vu son chèque être confisqué, leur ancienne coordonnatrice, Yannick Joseph et d’autres policiers adhérant à la lutte syndicale. Il sollicite également la réintégration de leur porte-parole, Abelson Gros-Nègre, révoqué depuis plusieurs mois.

Entre autres, le syndicat demande au chef du Conseil supérieur de la Police nationale (CSPN) de se ressaisir suite à ses dernières allégations sur le mouvement des policiers. Il demande au chef du Gouvernement de satisfaire à leurs revendications pour continuer à servir la population.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [7445]