S'identifier Contact Avis
 
30° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Insécurité : le Gouvernement annonce la fin du règne des bandits

Insécurité : le Gouvernement annonce la fin du règne des bandits



La situation sécuritaire aggravante dans le pays préoccupe non seulement les acteurs nationaux, mais aussi de la communauté internationale. Après un communiqué de l’Ambassade américaine en Haïti, le Gouvernement haïtien, après le conseil des ministres du mercredi 5 août, déclare « tolérance zéro pour les bandits ».


Le Gouvernement haïtien semble vouloir reprendre le contrôle de la situation sécuritaire du pays alimentée par des groupes armés de part et d’autre sur le territoire national. Quelques heures après un communiqué de l’Ambassade américaine en Haïti déplorant l’insécurité grandissante, le Gouvernement haïtien a rapidement réagi après un long conseil des ministres. « Face à la détermination du Chef de l’État et de tout le Gouvernement en bloc, les bandits sans exception doivent savoir qu’ils n’ont aucune chance pour les jours à venir. La peur doit changer de camp. Elle doit laisser le camp de la population pour se retrouver dans le camp des bandits », a annoncé le ministre de la Culture et de la Communication peu de temps après ce conseil des ministres.

Eu égard aux groupes armés qui sèment la terreur, le Gouvernement haïtien estime que ces derniers doivent être logés soit en prison, soit au cimetière. « La paix n’est pas un discours. La paix n’est pas un débat théorique. La paix doit être une réalité concrète. Et c’est la loi qu’il faut faire appliquer à tout prix. C’est la loi qui doit régner. C’est fini le règne des bandits. La durée de vie de ces bandits doit être extrêmement courte, sauf s’ils décident de changer de métier », indique le porte-parole du Gouvernement.

Le coup de gueule des USA sur la situation sécuritaire du pays

Les États-Unis ont relevé que les gangs armés violent systématiquement les droits humains des habitants de communautés telles que Cité Soleil, La Saline, Bel Air, Martissant et Village de Dieu. « La violence, la corruption et l’impunité ont entravé les objectifs de développement d’Haïti et les aspirations du peuple haïtien à une vie meilleure pendant bien trop longtemps », précise ce communiqué de l’Ambassade américaine en Haïti publié dans l’après-midi du mercredi 5 août.

Les États-Unis encouragent le Gouvernement haïtien à protéger ses citoyens les plus vulnérables en luttant contre la prolifération des gangs et en tenant les auteurs de violence et leurs complices responsables. Toutefois, les USA ont émis des réserves sur la capacité de la PNH à mener à bon terme ses interventions. Pour l’Ambassade américaine, la Police nationale d’Haïti (PNH) continue à faire face à des pressions opérationnelles croissantes et à des contraintes d’ordre budgétaire. « Les États-Unis demeurent engagés à travailler avec la PNH pour renforcer sa capacité à répondre aux défis sécuritaires qui augmentent. Sans un financement approprié et suffisant, la PNH ne peut pas remplir sa mission de sécurité publique visant à protéger les citoyens », relate ce communiqué de l’Ambassade américaine en Haïti.

Par ailleurs, les États-Unis continuent de lancer un appel à la reddition de comptes pour les cas de violation de droits humains et de corruption. « Nous réitérons la nécessité pour le gouvernement d’Haïti d’enquêter sur et de poursuivre les responsables de ces actes de violence liée aux gangs », indique ce communiqué. Et, les États-Unis s’engagent non seulement à fournir une assistance pour promouvoir le développement d’un secteur judiciaire indépendant, crédible et efficace, mais aussi à favoriser la consolidation de l’État de droit en Haïti.

La société civile n’espère pas mieux

Décrivant une situation alarmante à Cité Soleil où le groupe des bandits « G9 an fanmi e alye » est en lutte avec un autre groupe armé pour le contrôle de la zone, Pierre Esperance réitère ses allégations que le pouvoir est de connivence avec les bandits fédérés en G9. Pour lui, cette déclaration de « tolérance zéro » du gouvernement est pour la consommation de l’international.

S’agissant d’une réponse appropriée de la PNH, Pierre Esperance affirme que la Police nationale n’a pas les moyens nécessaires pour mener ses interventions. Il souligne le dysfonctionnement de la plupart des véhicules blindés récemment acquis par le Gouvernement pour la PNH. Et, il a relevé aussi le nombre de décès au niveau de la PNH. Selon ses dires, c’est pour la première fois que la PNH enregistre autant de décès en une année.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [7079]