S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Les signataires de la « Déclaration d’engagement » en quête d’alliés

Les signataires de la « Déclaration d’engagement » en quête d’alliés



Les acteurs de l’opposition au pouvoir en place cherchent à se rassembler autour d’une structure unique pour combattre le pouvoir en place. Les signataires de la « Déclaration d’engagement » continuent d’appeler d’autres regroupements politiques à les rejoindre.


Faisant presque cavalier seul dans cette bataille contre le pouvoir en place, le parti Fanmi lavalas de l’ancien président Jean Bertrand Aristide est dans le viseur des signataires de la « Déclaration d’engagement » paraphé par une grande partie des acteurs et regroupements de l’opposition. Les tenants de cette déclaration ont sollicité, dans le meilleur des délais, une rencontre avec le parti Fanmi lavalas pour discuter des enjeux de l’heure et poser ensemble et de manière définitive les jalons de la stabilité en Haïti.

Selon ces partis et personnalités adhérents, il est nécessaire, voire indispensable, que tous les secteurs vitaux, conscients du danger public que représente l’exécutif actuel, se fédèrent pour mettre un terme à la mauvaise gouvernance, au règne de l’incompétence et de la gangstérisation. Ainsi, ces signataires de la « Déclaration d’engagement » veulent convaincre le parti dirigé par Maryse Narcisse à se rallier à eux pour mener la bataille contre le pouvoir en place.

Cette « Déclaration d’engagement de juillet 2020 » est une note commune de plusieurs entités et personnalités du pays et de la diaspora pour faire valoir leur désaccord profond avec l’administration de Jovenel Moise. À travers cet accord, elles entendent déjouer le plan de l’organisation d’élections législatives du président de la République, contraindre le président Jovenel Moïse à respecter les prescrits de la Constitution relatifs à la fin du mandat le 7 février 2021. Ils souhaitent aussi trouver un accord politique entre le secteur politique et les autres secteurs de la vie nationale sur les modalités de remplacement du président Jovenel Moïse et de la réalisation d’une période de transition.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [7079]