S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
4e jour de mobilisation, les activités sont encore paralysées

4e jour de mobilisation, les activités sont encore paralysées








Dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, les activités scolaires et commerciales restent encore paralysées ce jeudi 19 septembre à cause des trois journées de grève pour protester contre la pénurie de carburant. Dans différents points, le constat était évident, rien ne marche, même dans les stations à essence.

Pour un 4e jour de mobilisation contre la rareté de carburant, les activités demeurent dysfonctionnelles au niveau de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, notamment à Delmas, Pétion-Ville, Canapé-Vert, Centre-ville et Gérald Bataille. Cette situation affecte à la fois les institutions scolaires publiques et privées, les banques commerciales ainsi que les entreprises privées.

Toutefois, les marchés publics de Canapé vert et du Centre ville ont ouvert leurs portes. Ce qui a permis aux citoyens de la capitale de se procurer de quelques produits alimentaires. Cependant la majorité des pompes à essence restent fermées, contrairement à l’attente de la population qui espérait une grande livraison de carburant dans la pompe suite à la conférence de presse donnée par le Premier ministre démissionnaire Jean Michel Lapin pour confirmer l’arrivée de 146 000 barils de carburant.

Néanmoins, une timide distribution a été remarquée dans les pompes situées à l’avenue John Brown à Lalue et à Turgeau. Les chauffeurs de taxi-moto et les chauffeurs rivés continuent de se plaindre de la stratégie de vente de gazoline dans les gallons jaunes par des pompistes.

Jusqu’à présent, les autorités nationales ne trouvent pas encore la bonne formule pour résoudre le problème de la gazoline. Les activités restent paralysées et les conséquences économiques s’agrandissent quotidiennement.

Dans un contexte où la réouverture des classes se fait sur fond de crise ; où la situation politique est plus que jamais instable ; où l’économie nationale bat les records de manière négative ; où la vie socioéconomique devient de jour en jour plus précaire, il devient urgent pour chaque acteur de prendre leur responsabilité, envers une population à bout de souffle.

Moise Saint-Eloi



Articles connexes


Afficher plus [5945]