S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Crise de carburant : le décor n’a pas changé à Léogâne

Crise de carburant : le décor n’a pas changé à Léogâne








Malgré l’annonce de l’arrivée d’une cargaison de carburant dans le pays, ce produit n’est pas encore facile à se procurer dans les stations à essence. À Léogâne, le constat reste le même depuis toujours. La quête continue et révolte les usagers.

Les stations de service devraient être approvisionnées dans la soirée du mercredi 18 septembre 2019 selon ce qu’avaient annoncé les autorités de l’État. D’après le secrétaire d’État à la Communication, la cargaison avait été transférée dans les réservoirs de stockage des compagnies pétrolières. Trois jours plus tard, les Léogânais se sont rués dans les pompes en vue de, finalement, s’approvisionner de cette substance qui devient depuis tantôt un luxe dans le pays.

À part certaines stations fermées, plusieurs autres ont été envahies par les impatients utilisateurs de carburant. Motards, chauffeurs de taptap et de bus accompagnés de leurs véhicules ou leurs gallons jaunes ont pris position depuis l’aube ce matin du jeudi 19 septembre 2019, toujours avec l’objectif de s’en approvisionner. Quatre (4) jours après, le décor n’a pas changé. Ce qui a provoqué la colère de la population qui se jette sur les autorités et les politiciens du secteur de l’opposition qu’elle accuse de tous les maux.

Les critiques fusaient de toute part n’épargnant ni l’État ni l’opposition. De leurs avis, cette rareté, que ces critiques qualifient d’artificielle, rentre dans le cadre des mauvaises combines des hommes politiques qui, pour des raisons diverses, provoquent un marché noir. Selon certains d’entre eux, cette fois, cette situation sera la dernière et les Léogânais, disent-ils, ne vont pas l’accepter. « Ils ont usé de notre patience. S’ils pensent pouvoir cette fois, nous tourner en rond ce sera catastrophique. Le pays connaitra le poids de la fureur des Léogânais », a balancé un motard en train de gonfler sa bande.

Alors que quasiment toutes les grandes villes du pays avaient du mal à fonctionner durant les trois jours écoulés, la commune de Léogâne, malgré la diminution importante des taxis-motos, n’a éprouvé aucune difficulté à fonctionner. Le commerce, l’école, la banque entre autres n’ont pas chômé. Une ambiance qui risque de se détériorer si l’on croit les menaces adressées par les motards en quête de ce liquide de valeur. Jusque dans l’après-midi, la situation restait la même, parallèlement la colère populaire s’attisait.

Rappelons que contrairement au tap-tap et aux bus qui gardent leurs prix inchangés, les taxis-motos ont carrément triplé le prix des circuits. Une situation qui, en quelque sorte, offusque la population sans affecter directement le fonctionnement des écoles. Toutefois, la population risque de ne pas pouvoir tenir longtemps.

Daniel Sévère



Articles connexes


Afficher plus [5945]