S'identifier Contact Avis
 
30.42° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Me Richemond Fleurival chasse l’opposition dans le Nord

Me Richemond Fleurival chasse l’opposition dans le Nord








Le commissaire du gouvernement près du tribunal de première instance du Cap-Haitien, Me Richemond Florival, a émis des mandats d’amener à l’intention de 8 membres de la commission de mobilisation de l’opposition politique au Cap-Haïtien.

C’est le chef du parquet lui-même qui en a fait les déclarations, le mercredi 17 juillet 2019. Jacques Jean Wilson, Raphaël Mésidor, Piterly Charles, Jean Roody, Eritan Dumarsais, Angrand Rulz Gesner Geffrard, Fritz Gérald Vixamar, sont accusés de destruction de bien lors la manifestation du vendredi 14 juin 2019 réclamant le départ du président de la République, Jovenel Moïse. Des dégâts considérables ont été enregistrés des suites de cette manifestation, les pare-brise des dizaines de véhicules et des compteurs électriques ont été détruits.

La décision d’émettre des mandats d’amener à l’encontre de membres de l’opposition locale est vivement critiquée par ces militants politiques qui accusent le commissaire du gouvernement d’être un outil aux mains des autorités du pouvoir en place pour casser le feu de la mobilisation antigouvernementale dans le Nord. « Le commissaire du gouvernement est en train de faire le sale boulot du pouvoir en place, en intimidant les opposants du pouvoir », a fait savoir Jacques Jean Wilson, membre de la commission de l’opposition.

Pour Jacques Jean Wilson, Me Richemond Florival est arrivé à la tête du parquet avec la principale mission de persécuter les opposants du pouvoir au Cap-Haïtien. Des accusations rejetées par le commissaire du gouvernement, Me Richemond Florival, qui souligne avoir émis des mandats contre des délinquants et non contre des militants politiques. Pour l’instant, ces militants politiques de l’opposition locale sont à couvert », a indiqué l’un d’entre eux joint au téléphone par le Journal.

Hervé Délima



Articles connexes


Afficher plus [5696]