S'identifier Contact Avis
 
32.87° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Les greffiers annoncent deux autres journées de grève

Les greffiers annoncent deux autres journées de grève








Pendant que les magistrats du système judiciaire haïtien sont en grève pour la semaine allant du 20 au 24 mai, les greffiers annoncent aussi deux journées d’arrêt de travail pour les 23 et 24 mai. Cette grève de deux jours est un avertissement lancé par les greffiers qui réclament de meilleures conditions de travail, une augmentation salariale significative compte tenu du coût de la vie, de la formation continue, des cartes d’assurance et de débit, entre autres.

Le système judiciaire haïtien est dans l’impasse. En plus des justiciables qui ne cessent d’espérer des réformes en profondeur dans l’appareil judiciaire, les acteurs de ce système eux-mêmes ne veulent plus continuer à exercer dans des conditions de travail en dessous des normes qui régissent la profession. Ainsi, les syndicats des greffiers ont-ils annoncé une grève d’avertissement de deux jours, soit les jeudi 23 et vendredi 24 mai 2019, dans les différents tribunaux du pays. Cet arrêt de travail de deux jours vise à envoyer un message d’avertissement au ministère de la Justice et de la Sécurité publique pour qu’il se rappelle des engagements pris lors de leur dernier mouvement de grève en 2017.

Entre autres, les greffiers réclament de meilleures conditions de travail, une augmentation salariale significative en tenant compte du coût de la vie, des programmes de formation continue, des cartes d’assurance et de débit et autres. Le président du syndicat des greffiers d’Haïti et le président de l’Association nationale des greffiers haïtiens, Gregory Avril et Ainé Martin, n’épargnent pas la possibilité de poursuivre la grève jusqu’à la satisfaction de leurs revendications si le MJSP ne manifeste pas la volonté de tenir ses engagements.

Cette situation vient compliquer le fonctionnement de la justice haïtienne déjà paralysée à cause de la grève d’une semaine lancée par l’Association professionnelle des magistrats, l’Association nationale des magistrats haïtiens et l’Association des juges de paix. De même que les greffiers, les juges ont observé cette semaine de grève pour réclamer de meilleures conditions de travail.

Faut-il souligner, ce n’est pas pour la première fois que les acteurs du système judiciaire observent en bloc des arrêts de travail pour réclamer de meilleures conditions de travail. Cependant, entre manque de volonté et de moyens, les autorités du pouvoir judiciaire et du ministère de la Justice ont préféré garder le silence devant les revendications des acteurs dudit système. Entretemps, les justiciables sont livrés à eux-mêmes.

Woovins St Phard



Articles connexes


Afficher plus [5409]