S'identifier Contact Avis
 
32.87° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Petro Caribe : la Cour supérieure des comptes dans le viseur de certains groupes

Petro Caribe : la Cour supérieure des comptes dans le viseur de certains groupes








À l’approche de la remise du rapport définitif de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA) sur la gestion et l’utilisation du fonds Petrocaribe, certaines voix dénoncent des manœuvres suspectes visant la Cour. Selon le groupe des petrochallengers « nou pap konplis », les locaux de la CSC/CA sont sous la menace d’incendie.

L’objectif de ce plan d’incendie de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA) est de faire disparaitre certains dossiers liés à l’affaire Petrocaribe, d’après le groupe petrochallengers « nou pap konplis ». Ce plan, qualifié de complot, vise à bloquer la publication du deuxième rapport définitif de la CSC/CA sur la gestion et l’utilisation du fonds Petrocaribe. Ce groupe de petrochallengers veut rester vigilant face à la velléité de certains groupes épinglés de faire obstruction à la remise du rapport définitif de la Cour.

Déjà, depuis plusieurs semaines, d’autres groupes petrochallengers ont appelé à la prudence. Ils ont dénoncé des menaces de mort auxquelles sont exposés les conseillers de la Cour des comptes. Selon le réseau national de défense des droits humains (RNDDH), depuis la publication, le 31 janvier 2019, du premier rapport partiel sur la gestion des fonds Petrocaribe, les membres de la CSC/CA font l’objet de menaces de toutes sortes.

Voulant défendre la Cour contre toute attaque d’intention criminelle, le porte-parole du réseau des plaignants, Johnson Collin, demande à toute personne de la société haïtienne qui exige la tenue du procès Petrocaribe de mettre sur pied une brigade devant la Cour afin de faire échec aux éventuels complots. Il appelle les autorités policières à prendre les dispositions afin d’assurer la sécurité de cet édifice et des juges administratifs.

D’un autre côté, d’autres organisations sociopolitiques proches de l’opposition continuent de faire pression pour réclamer le rapport final sur la gestion du fonds Petrocaribe. Les chefs de file de ces structures demandent de rester en vigilance face aux velléités de certaines forces politiques de bloquer la publication de cedit rapport. « Malgré la faim, la montée de l’insécurité dans le pays, la population ne restera pas chez elle. Nous serons une nouvelle fois dans les rues pour dénoncer la corruption et l’impunité qui gangrènent le pays», a fait savoir Etzer Louis-Jean, l’un des membres de ces organisations sociopolitiques qui appellent à la manifestation devant la CSC/CA.

Remis le 31 janvier 2019, le premier rapport partiel de la Cour a mis sur la sellette de grands dignitaires de l’État d’alors. Les conseillers ont promis de publier en avril le rapport final. Ce qui n’a pas pu être réalisé à cause des contraintes rencontrées. En revanche, ils ont renvoyé pour le mois de mai la remise du rapport définitif. Vers la fin de ce mois, les tensions se multiplient, et les petrochallengers attendent impatiemment ce rapport.

Woovins St Phard



Articles connexes


Afficher plus [5409]