S'identifier Contact Avis
 
33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Le parquet de Saint-Marc a auditionné les 53 individus appréhendés par les agents de la PNH à Limbé

Le parquet de Saint-Marc a auditionné les 53 individus appréhendés par les agents de la PNH à Limbé








Le commissaire du gouvernement du parquet de Saint-Marc, Me Wilkens Jules, a auditionné, ce mercredi 22 mai 2019, les 53 individus appréhendés par les agents de la Police nationale d’Haïti (PNH), à Limbé, le jeudi 9 mai 2019, et accusés de faire partie de la base Gran Grif à Savien et du groupe armé de Poste Pierrot sous les ordres du chef de gang Arnel Joseph. Après cette audition qui a duré plus de trois heures, les prévenus ont été transférés à la prison civile de Saint-Marc avant d’être déférés par-devant le cabinet d’instruction.

Les autorités judiciaires de la juridiction du Cap-Haitien ont transféré, dans la juridiction de Saint Marc, le mardi 21 mai 2019, les 53 individus appréhendés par les agents de la Police nationale d’Haïti (PNH), à la commune de Limbé, lors d’une opération policière, pour être entendus. Ces individus sont accusés d’appartenir aux gangs de Savien, première section communale de Petite Rivière de l’Artibonite et de Poste Pierrot, quatrième section communale de Marchand Dessalines.

Le chef du parquet de Saint Marc, Wilkens Jules, a entendu en présence des avocats des prévenus, par groupe de 10, les 53 personnes arrêtées par les forces de l’ordre, dont 6 femmes. Suite à leur audition, ils ont été incarcérés à la prison civile de Saint Marc en attendant d’être déférés par-devant leur juge d’instruction.

Des proches parents des prévenus, massés très tôt devant le tribunal de première instance de Saint-Marc, ont qualifié d’illégale l’arrestation de ces individus qui voulaient se rendre en République dominicaine pour chercher du travail.

« Si les autorités policières veulent traquer les bandits armés qui terrorisent la population, ils connaissent les endroits où ils se cachent et beaucoup d’entre eux circulent quotidiennement sous les yeux des agents de la PNH , comme lors de la distribution des kits hygiéniques sur la place publique de Marchand Dessalines par le chef de gang, Arnel Joseph et ses acolytes », ont scandé ces proches parents.

Ils ont dénoncé le traitement inhumain infligé à la majorité d’entre eux. Certains ont été sévèrement battus pendant leur incarcération sous prétexte qu’ils font partie d’un groupe de bandits armés qui alimentent l’insécurité dans le pays notamment dans le département de l’Artibonite.

S’indignant des visages défigurés des prévenus lors de leur audition, ces proches parents ont réclamé la libération des 53 individus originaires de Villard, première section communale de Marchand Dessalines.

Le coordonnateur de l’Action concertée pour la promotion des droits humains, Joasil Fritznel, présent lors de cette audition, a dénoncé les actes de brutalité dont sont victimes les 53 personnes arrêtées par les agents de la PNH.

Il a souhaité la libération de ces individus si toutefois les autorités judiciaires n’ont pas retenu de charges contre eux.

Nixon Deneus



Articles connexes


Afficher plus [5409]