S'identifier Contact Avis
 
28.33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
7 février 2019 : un appel de plus à la mobilisation

7 février 2019 : un appel de plus à la mobilisation








Cette année, le 7 février sera célébré d’une manière particulière. Le président de la République n’a toujours pas laissé filtrer de détails relatifs à la célébration de sa deuxième année de mandat. Les opposants, quant à eux, ne font preuve d’aucune réserve ! Ils ont appelé la population à gagner les rues, ce 7 février 2019. Toutes les branches de l’opposition plurielle ont invité le peuple à se mobiliser. Après le secteur démocratique et populaire, les partis et organisations sociopolitiques UNIR, RSD, ODEP Haïti, RAFCIH, lancent à leurs tours des appels à la mobilisation.

Le 7 février 1986, Jean Claude Duvalier avait quitté le pouvoir et le pays ! La mobilisation populaire a eu gain de cause sur la dictature féroce duvaliériste. Le peuple a gagné les rues pour célébrer sa victoire. Un long règne de terreur a pris fin, la démocratie s’est imposée. Les constituants ont voulu graver cette date dans la pierre. Ils ont réservé ce jour pour l’investiture des présidents élus. Conformément à cette tradition, le 7 février 2017, M. Jovenel Moïse a été investi de la fonction présidentielle. Deux ans plus tard, un décor tout à fait différent se dessine à l’horizon de cette journée tant symbolique.

Des organisations proches de l’opposition ont annoncé les couleurs ! Elles ont présenté à la presse l’ensemble des activités prévues en prélude au 7 février 2019. Elles ont mis en place un comité de sept (7) membres pour planifier les activités qui allaient de conférences-débats à la mobilisation du 7 février. Les instigateurs entendaient manifester leur solidarité au peuple vénézuélien et au président Nicolas Maduro. D’autres structures sociopolitiques ont rejoint leurs rangs et, en grande partie, sous l’influence de la situation du pays les objectifs ont connu une grande mutation !

Le secteur démocratique et populaire, fer de lance de la mobilisation anti-gouvernementale, voit quant à elle le 7 février comme « la dernière ligne droite pour finir avec le pouvoir dictatorial de Jovenel le menteur », pour reprendre les mots du Dr Schiller Louidor. Le rapport de la Cour supérieure des comptes et du Contentieux administratif (CSC/CA) sur la gestion du fonds Petrocaribe de septembre 2008 à septembre 2016 est arrivé à point nommé. Il apporte de l’eau au moulin de l’opposition. Indexé dans le rapport, le premier citoyen de la nation risque de connaitre le destin des grains de blé.

UNIR, RSD, ODEP Haïti et RAFCIH se prononcent !

Pour commémorer le trente-troisième anniversaire de la fin du règne de terreur des Duvalier, UNIR, RSD, ODEP Haïti et RAFCIH ont un message clair pour la nation. « Nous demandons au peuple haïtien, de se mobiliser aux quatre coins de la République, particulièrement la capitale, ce jeudi 7 février pour changer ce système générateur d’inégalité, d’exclusion, de corruption, d’injustice, de misère, de faim et d’insécurité afin de forcer la justice à mettre sous les verrous toutes les autorités et tierces personnes qui ont participé à la dilapidation des fonds Petrocaribe » a déclaré M. Volcy Assad de communs accords avec les sieurs Clarens Renois, Victor Benoit et Louis Gérald Gilles.

Au regard de la dépréciation de la monnaie haïtienne face au dollar américain, les preuves de contribution des autorités à la dilapidation des fonds Petrocaribe apportées par le rapport de la CSC/ CA les responsables de ces structures ont fait valoir leur position. Face à l’évidence de la perte des acquis du 7 février 1986 marquée, entre autres, par la mise à mort des gens de La Saline pour leur opinion politique et l’arrestation de personnes pour leur conviction politique, ces leaders de l’opposition croient qu’un dialogue sincère est indispensable. Déclarant le pouvoir en place incompétent, ces dirigeants prônent le dialogue pour éviter l’éclatement social qui se dessine à l’horizon. Le procès Petrocaribe, le mandat présidentiel, les élections générales anticipées, des mesures visant à améliorer les conditions d’existence du peuple et une autre Constitution doivent être, à leurs yeux inclus, dans l’agenda de cet entretien exempt de dissimulation.

Alors que le pouvoir perd ses plumes, l’opposition quant à elle se renforce au jour le jour. La réalité objective d’existence de la population y est pour beaucoup. Le 7 février s’annonce dans un décor de dégradation de la crise et de la fermeture de diverses entreprises à cause de la dévaluation accélérée de la monnaie locale. Le peuple entend fouler le macadam ! Le président comprendra-t-il vraiment le message ?



Articles connexes


Afficher plus [5696]