S'identifier Contact Avis
 
31.06° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Marie Michèle Rey aura marqué la finance et la diplomatie en Haïti

Marie Michèle Rey aura marqué la finance et la diplomatie en Haïti








Presqu’un an après sa participation aux funérailles de l’anthropologue Rachel Beauvoir Dominique, décédée le 6 janvier 2018, l’ancienne ministre de l’Économie et des Finances et titulaire du portefeuille du ministère des Affaires étrangères et des Cultes est partie le deuxième jour de l’année 2019.

Pendant longtemps, le pays se souviendra de cette femme professionnelle accomplie au parcours politique remarquable. Le portrait de la dame surnommée affectueusement « Mamie » est présentée à la page 181 de l’ouvrage : « 60 Femmes haïtiennes : 60 parcours d’exception » publié par Winnie Hugot Gabriel en 2018. L’engagement et les réalisations de Marie Michèle Rey s’imposent dans la liste des figures féminines haïtiennes : « tour à tour leaders, mentors, pionnières ou promesses en devenir… », pour reprendre les propos de Frantz Duval.

Marie Michèle Rey : femme de courage et entrepreneure sociale !

Derrière l’exil forcé, les tentatives d’assassinat ou d’intimidation qui illustrent la vie de cette femme politique engagée durant les deux décennies du régime Lavalassien d’Aristide à Préval, se cache une femme de courage. Marie Michèle Rey a connu à la fois autant de drames que de deuil sur sa route. En dehors du décès de son père, celui de son frère et de plusieurs autres proches, on retient particulièrement l’assassinat du père de ses enfants dans la capitale haïtienne en 1999. Quelques mois après, soit en 2001, c’est son fils qui allait être assassiné. Femme aux expériences les plus douloureuses, dont la mère n’a pas connu son père, assassiné avec ses deux autres frères sous le régime de Vilbrun Guillaume Sam. Le père de Marie Michèle Rey, militaire de son état avait été emprisonné à Fort- Dimanche sous les Duvalier, nous rapporte l’ouvrage phare « femmes haïtiennes : 60 parcours d’exception », de Winnie Hugot Gabriel, à la page 183. Entrepreneure sociale, elle va s’associer avec Evelyne François et Josseline Colimon Féthière pour créer en 1982, le Fonds haïtien d’aide à la Femme (FHAF). Deux ans après, elle va fonder l’association pour la promotion de la famille haïtienne (PROFAMIL).

Parcours de l’ancienne ministre de l’Économie et des Finances !

Dans son parcours de femme professionnelle accomplie dans le secteur de l’économie et de la finance, son nom figure comme la première employée haïtienne de la Citibank dans les années 70, jusqu’à occuper ensuite la fonction d’officiel promanager en 1974. Elle poursuivra sa carrière dans le système bancaire haïtien, particulièrement dans des banques étrangères établies dans le pays, en intégrant neuf ans plus tard la Banque nationale de Paris, jusqu’à diriger la succursale basée au Cap- Haïtien. Marie Michèle Rey devient sous la première administration du président Aristide, ministre de l’Économie et des Finances, du 19 février 1991 au 30 septembre 1991, au sein du gouvernement de René Préval. On la retrouvera par la suite à la tête de ce même ministère : du 1er septembre au 7 novembre 1993 et du 8 novembre au 7 novembre 1995.

Portrait de la ministre des Affaires étrangères et des Cultes

Avant d’occuper son dernier poste officiel dans la diplomatie haïtienne à titre de ministre des Affaires étrangères et des Cultes, Marie Michèle Rey a travaillé à l’Ambassade des États-Unis en Haïti. Formée en business administration et en comptabilité, à l’institution Immaculate Conception High School de la Jamaïque, à la fin des années 60, elle va occuper le poste de secrétaire de direction d’un représentant d’un projet haïtien américain, pour ensuite dispenser des cours d’anglais. Quelques années après, elle occupera la fonction de membre du conseil d’administration de la Téleco, du Service maritime et de navigation d’Haïti. À côté de son statut, en février 1996, de membre du cabinet particulier du président de la République, elle sera nommée représentante d’Haïti auprès du marché commun caribéen (CARICOM). Le 26 novembre 2006, soit dix ans plus tard, elle va diriger le bureau de coordination et de suivi des accords de la CARICOM, de l’OMC et de la ZLEA. Dernière ministre des Affaires étrangères et des Cultes du second mandat du président René Préval, succédant à Olrich Nicolas du gouvernement Michèle Duvivier Pierre-Louis, Marie Michèle Rey est celle qui survivra au tremblement de terre du 12 janvier 2010, au cours duquel l’ancien bâtiment mythique du ministère des Affaires étrangères s’est effondré.

Il y a prés de 9 ans déjà, plusieurs employés et des hauts cadres ont laissé leurs vies dans ce drame, pendant que les survivants attendent encore la construction d’un nouveau bâtiment. Cette ancienne chancelière ne verra pas malheureusement l’inauguration des nouveaux locaux du MAEC, dont les chantiers ne sont pas encore démarrés. Dommage ! Hommage à Marie Michèle Rey, l’une des premières femmes haïtiennes à occuper le poste de ministre de l’Économie et des Finances, et de ministre des Affaires étrangères et des Cultes.

Dominique Domerçant



Articles connexes


Afficher plus [5166]