Accueil » Actualité » Plus de 500 personnes refoulées

Plus de 500 personnes refoulées

05 décembre 2017, 11:12 catégorie: Actualité3 424 vue(s) A+ / A-

Les déportations continuent de plus belle./Photo : Archives.

 

Au cours de la semaine écoulée, plus de 500 Haïtiens en situation irrégulière ont été arrêtés et expédiés en Haïti par la direction générale de la migration(DGM). Ces Haïtiens, informe la DGM, étaient dépourvus de papiers d’identification.

 Ces arrestations ont été effectuées dans le cadre des opérations de contrôle migratoire d’étrangers en situation irrégulière sur le territoire dominicain. La Direction générale des Migrations (DGM), informe avoir arrêté au total 555 Haïtiens sans documents migratoires légaux, dans différentes communautés de la province de Puerto Plata (nord). Après le processus d’identification, les Haïtiens ont été transférés à la poste frontalière de Dajabón pour enregistrement avant d’être déportés en Haïti.

Les opérations ont duré plus de 8 heures. La DGM a précisé que l’équipe d’intervention participant à ces opérations était composée d’inspecteurs et d’agents de la DGM avec le soutien du personnel militaire du Commandement Nord de l’Armée de l’Air dominicaine et des représentants du Parquet. Les arrestations des citoyens haïtiens ont eu lieu notamment dans les communautés de Los Cangrejos, Los Muñoz, Los Pérez, Los Charamicos, la Unión, et différents secteurs des municipalités de Sosua, Imbert et Montellano.

Les autorités migratoires dominicaines semblent multiplier leurs opérations. Par le passé, les arrestations de personnes en situation migratoire irrégulière s’effectuaient lors de contrôle aléatoire de patrouille, ce qui est toujours en vigueur d’ailleurs, mais il semble que les choses aient changé. Des opérations de plus grande envergure sont réalisées après un travail des services de renseignements (pour localiser les sans-papiers) dans des communautés où des dénonciations de citoyens ont été reçues sur la présence d’Haïtiens sans papier.

Par ailleurs, le Lieutenant général Máximo William Muñoz Delgado, directeur général de la DGM, rappelle que ces opérations se poursuivront sur tout le territoire dominicain de manière surprise dans d’autres provinces du pays afin de continuer à localiser des étrangers en situation irrégulière. Selon le général, ces gens violent les dispositions de la loi de la migration 285-04. Au cours des dernières semaines, la DGM a mené des opérations similaires à Boca Chica, à San José de Ocoa, à Samana, à La Vega, à Maria Trinidad Sanchez, à Santiago Rodriguez, à Espaillat, à La Altagracia, à Santiago et à Santo Domingo. Durant ces opérations, plusieurs centaines d’Haïtiens en situation irrégulière ont été arrêtés et retournés en Haïti.

L’impasse continue pour les migrants haïtiens. Les mauvaises nouvelles en matière migratoire continuent de défrayer la chronique. Après la décision de l’administration de Donald Trump de mettre fin au programme de statut de protection temporaire (TPS) des Haïtiens dans environ 18 mois, c’est maintenant aux instances de la République dominicaine de prendre de nouvelles mesures contre les immigrants haïtiens. Le hic c’est que les Haïtiens sont censés bénéficiaires d’une rallonge dans le cadre du Programme national de régularisation des étrangers (PNRE) de la République dominicaine. Mais, selon les informations du Groupe d’appui aux rapatriés et aux réfugiés (GARR) même les étudiants haïtiens de la République dominicaine sont des fois victimes des activités de déportation de la DGM.

Evens RÉGIS

Comments

comments

scroll to top