Accueil » Economie » Plaidoyer pour l’implication de tous les secteurs dans le processus d’élaboration du projet de Loi de finances 2018-2019

Plaidoyer pour l’implication de tous les secteurs dans le processus d’élaboration du projet de Loi de finances 2018-2019

27 septembre 2018, 9:02 catégorie: Economie11 059 vue(s) A+ / A-

L’économiste Camille Chalmers

 

Dans les jours qui viennent le nouveau gouvernement va déposer le projet loi de finances 2018-2019 au Parlement haïtien. L’économiste Camille Chalmers pense que le budget 2018-2019 ne doit pas être élaboré de la même manière à ce que le gouvernement Lafontant avait fait retrait au Parlement suite aux événements du mois de juillet. « Le nouveau budget doit refléter les priorités réelles du peuple haïtien », croit Camille Charlmers lors d’une entrevue accordée au quotidien Le National, ce jeudi 27 septembre 2018.

On est à quelques jours de la fin de l’exercice fiscal 2017-2018. Jusqu’à présent, aucun projet de loi de finances n’est encore déposé au Parlement haïtien pour l’exercice fiscal 2018-2019. Dans les prochains jours, le gouvernement de Jean Henry Céant devrait faire le dépôt du projet de loi de finances pour le prochain exercice au pouvoir législatif. Pour éviter le soulèvement populaire, l’économiste Camille Chalmers attire l’attention du nouveau gouvernement concernant le nouveau budget. Selon lui, le peuple haïtien a fait échec au budget 2018-2019 du gouvernement Lafontant. « Ce budget n’avait pas correspondu aux problèmes sociaux et économiques que confronte le peuple », a-t-il dénoncé.

Pour l’économiste, il faut qu’il y ait un travail en profondeur dans le budget 2018-2019 avant de le déposer au Parlement haïtien. Car, dit-il, le budget 2018-2019 déposé par le gouvernement Lafontant en juin dernier ne reflète pas les besoins réels du pays. « Le projet de loi de finances 2018-2019 ne doit pas être construit dans le même esprit à ce que le “peuple haïtien” ait à reitérer brutalement son mécontentement comme il l’a fait les 6, 7 et 8 juillet 2018 », croit le militant Camille Chalmers. Selon lui, le budget 2018-2019 élaboré par le gouvernement Lafontant ne prenait pas en compte aucune politique alimentaire, des programmes sociaux et des logements sociaux.

Plus loin, il se positionne pour que le budget 2018-2019 donne la priorité aux besoins réels du peuple haïtien. Aux dires de l’économiste Camille Chalmers, le pays fait face à un problème de logement très sérieux. À cet effet, il pense que dans ce budget, l’actuel gouvernement doit mettre sur pied un programme de construction des logements sociaux pour les gens de la classe dite défavorisée. « bien avant le séisme du 12 janvier 2010, le pays avait un déficit d’un million de maisons, et après ce cataclysme, cela a empiré », a-t-il martelé. Il a également souhaité qu’on ait une politique réelle de l’alimentation dans ce budget. Plus de 4 millions Haïtiens, précise-t-il, se trouvent dans l’insécurité alimentaire.

Comment élaborer le budget du pays pour qu’il puisse répondre aux besoins du peuple haïtien ?

Au cours de l’interview, Camille Chalmers dénonce les procédés que l’État central a utilisés pour élaborer le projet de loi de finances du pays. Il croit que ce n’est pas la meilleure formule. « On doit inviter les représentants des collectivités territoriales dans la planification du budget de la République pour qu’ils puissent exposer leurs besoins réels de ses mandants », pense M. Chalmers. En outre, il croit que c’est une nécessité pour que le budget du pays se prépare à la base.

Pour lui, la population doit jouer son rôle dans l’élaboration du budget. Cela va permettre, ajoute t-il, de connaître les priorités réelles du « peuple haïtien ». Cependant, il est pessimiste à l’éventuel fait que ce nouveau gouvernement privilégie les problèmes réels des gens les plus vulnérables du pays.

Il faut souligner que le gouvernement Lafontant était obligé de faire retrait du budget 2018-2019 au Parlement haïtien suite au week-end d’émeutes et de pillages qui a été occasionné dans l’aire métropolitaine. Dans ce budget, on avait prévu un montant de 19 milliards de gourdes sur les produits pétroliers.

Cluford Dubois

Comments

comments

scroll to top