Accueil » Culture » Phelicia Dell au Fashion Show Monde à Montréal, à la mi-septembre

Phelicia Dell au Fashion Show Monde à Montréal, à la mi-septembre

12 septembre 2017, 9:47 catégorie: Culture4 072 vue(s) A+ / A-

La designer Phelicia Dell./Photo : Samuel Jean Baptiste.

 

La styliste haïtienne Phelicia Dell représentera Haïti au Fashion Show Monde, du 15 au 16 septembre 2017, à Montréal. Mme Dell a été sélectionnée par le staff organisateur de ce prestigieux évènement, pour y participer aux côtés de designers venus de plusieurs pays : France, Canada, Martinique, Maroc, Algérie, Côte-d’Ivoire, Burkina Faso, Sénégal, Cameroun, Guinée. La designer présentera sa collection lors du Gala du Fashion Show Monde, le samedi 16 septembre 2017 au Théâtre St-James, à Montréal. Rencontre avec Phelicia Dell.

Le National : Vous représentez Haïti avec notamment votre label « Vèvè » Collections. Que représenterez-vous là-bas ? Avez-vous du nouveau dans vos collections ?

Phelicia Dell : Je vais présenter ma collection printemps/été 2018 pour montrer la femme, en particulier la femme haïtienne, dans toute sa splendeur avec les plus belles couleurs tropicales. Je définis cette collection aux différentes tendances qui traversent la culture vestimentaire de la femme rurale d’Haïti à travers le temps. Je m’inspire du passé et de la modernité. Une collection teintée de peinture naïve sur le cabellar, le Siam, le jute et surtout la paille travaillée par les femmes de Côtes de fer. Une collection qui mettra en vedette, en partie, nos superbes marchandes de fruits et légumes.

 L.N. : Parlez-nous de « Vèvè » Collections et de vos activités.

P.D. : Vèvè collections est calme. Je travaille surtout avec des jeunes sur des projets d’avenir. Je travaille aussi sur le montage d’une structure pouvant m’aider à repenser et à consolider mes investissements de toutes sortes. Je travaille enfin sur des projets de spectacles avec des étrangers très intéressés par ce que je fais ici, et par la culture du vodou également. De très grands et beaux projets malheureusement, ce sont des produits que nous allons présenter ailleurs. Car, il n’y a pas de demande de production culturelle de ce genre ici.

L.N. : Faites-nous un état des lieux de la mode et du design en Haïti . Quel avenir ?

 P.D. : La mode et le design ici c’est un monde à l’envers. C’est un monde à créer. Tout est à faire dans ce secteur. À un certain moment, certains d’entre nous ont essayé de faire des présentations dans des soirées de vente. Nous avons même monté une forme de structure pour pouvoir nous mettre en réseau, mais tout cela est difficile. C’est un pays qui absorbe tout, avec ses querelles politiques qui ne nous permettent pas vraiment de faire de grandes choses. Oui, on à des rêves : on veut faire de belles choses comme font les autres designers et les artistes étrangers. Oui, je suis une créatrice douée d’Haïti. J’ai présenté ma collection sur tant de plateaux du monde, grâce à cette originalité traversant mon art, les « vèvès » qui imprègnent mes desseins et ma grande sensibilité artistique.

 Mais, chaque fois que je rentre de mes longs voyages, je retrouve un pays en attente de stabilité politique. À ce moment, il faut que je réfléchisse sur comment faire plaisir à un client avec un produit made in Haïti. Il arrive que je me retrouve également dans un pays qui n’est pas tout à fait en harmonie avec ce que je produis ici comme art. Nous avons donc besoin de quelqu’un pour comprendre que nous, les artistes, avons besoin de stabilité pour produire et vendre notre art. Et Haïti est très en retard par rapport à ce qui se fait dans la mode et dans le design à travers le monde.

 Il nous faut une sensibilisation globale entre tous les créateurs, les consommateurs, mais surtout les responsables, en vue de définir les grandes lignes de ce secteur pour que, dans les prochaines années, on parle au moins de ce secteur en des termes plus prometteurs et positifs. On peut également commencer par nous donner un coin à l’aéroport pour exposer et vendre nos produits, par exemple.

Le National : Vos projets à court ou à long terme ?

 Phelicia Dell : Des projets il y en a plein. Je suis encore au début d’un long voyage. Plein de rêves à concrétiser et à vendre. Je partagerai bien des choses sur quelques-uns, une autre fois. Je suis en constante communication avec une équipe sur les défis de « Vèvè ». Je suis sûre que je vais avoir de bonnes nouvelles pour vous bientôt. À chaque fois que j’ai l’opportunité de présenter mon art, je le fais avec le plus grand plaisir, mais surtout avec le plaisir de prouver à tous que la créativité existe bel et bien chez nous et qu’aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin d’un pays qui vend notre image de peuple à travers notre art. Un pays qui est et qui restera notre plus grand outil d’existence à travers le temps.

 Propos recueillis par :

Jean Emmanuel Jacquet

Comments

comments

scroll to top