Accueil » Actualité » Petrocaribe : Jovenel Moïse favorable à une commission d’experts indépendants

Petrocaribe : Jovenel Moïse favorable à une commission d’experts indépendants

17 septembre 2018, 11:38 catégorie: Actualité2 866 vue(s) A+ / A-

le président de la République, Jovenel Moïse

 

Dans une intervention sur la Radio Télé Métropole, le lundi 17 septembre en cours, le président de la République, Jovenel Moïse, s’est prononcé en faveur d’une commission internationale d’experts indépendants en vue de faire lumière sur la gestion du fonds Pétrocaribe tel que souhaité par une bonne frange de la population haïtienne. Aussi profite-t-il de l’occasion pour porter un démenti formel aux accusations dont il est l’objet, faisant croire qu’il est en train de protéger ses proches indexés dans les rapports sénatoriaux transférés à la Cour supérieure des Comptes et du Contentieux administratif (CSC/CA).

Au coeur de l’actualité, le dossier du Pétrocaribe reste une préoccupation pour le chef de la nation qui a encore pris des engagements à cet effet. Comme le souhaitent plusieurs acteurs de la société, le locataire du Palais national soutient n’avoir aucune objection de solliciter une commission d’experts indépendants pour appuyer l’enquête devant conduire à des explications claires et nettes sur la manière dont le fonds Pétrocaribe a été administré. Ce, précise-t-il, après l’avis du conseil des ministres devant lequel il va soumettre la proposition.

Selon le chef de l’État, les protestataires qui exigent justice et éclaircissement sur le dossier pétrocaribe lui rendent service. “ J’ai dit que depuis mon accession au pouvoir, la corruption à fait système en Haïti. Ma bataille contre ce fléau est une lutte acharnée contre le système. Ce qui sous-entend que ces jeunes qui exigent des comptes me rendent service”, a fait savoir le garant de la bonne marche institutionnelle, arguant que la réponse dans ce dossier est entre les mains de l’État.

Déterminé à combattre la corruption au niveau de l’administration de l’État, l’ex-président de “agritrans” se montre déterminé. De son avis, les fraudeurs ne doivent pas avoir le sommeil facile. Appuyant sur une estimation qu’il a lui-même faite du premier janvier 2006 au 31 décembre 2016, le locataire du Palais national révèle que l’aide internationale d’Haïti remonte à 10 milliards 833 millions de dollars. Selon lui, ce fonds pourrait servir la nation à réaliser beaucoup de projets dans des secteurs clés de la nation comme: l’éducation, l’infrastructure, l’environnement, la santé, entre autres qui peinent encore à se relever.

L’ultimatum de Jovenel Moïse est clair : quel que soit l’individu indépendamment de son affectation politique ou sociale ayant mal dépensé un sou de l’État doit être traduit devant la justice. “ Je ne soutiens personne. Au terme de l’enquête si un de mes proches se trouve épinglé, qu’il s’assume “, met en garde l’ancien président de la chambre du commerce du Nord’ Ouest qui qualifie de crime contre le développement, la corruption.

Le numéro un de la nation a par ailleurs alerté ceux qui veulent politiser ce dossier. “ Je suis favorable à ce que l’enquête soit réalisée, cependant, que des gens mal intentionnés se gardent de faire de ce dossier une opportunité de pourchasser leurs adversaires politiques “, redoute Jovenel Moïse qui informe que le moment est venu d’instaurer chez les administrateurs de l’État la peur de l’argent du trésor public.

Dans la foulée, celui qui détient les rênes de la nation dit penser que la phase une dans cette affaire c’est d’abord savoir comment ce fonds a été dépensé et ensuite, dit-il, on cherchera à identifier les potentiels coupables et, probablement, là où se trouvent ces fonds.” ce dossier n’est que la partie visible de l’iceberg, et par conséquent, la lutte anticorruption doit continuer son chemin “ déduit le chef de l’État.

Daniel Sévère

Comments

comments

scroll to top