Accueil » Actualité » PetroCaribe : les accusés dénoncent un rapport intolérable

PetroCaribe : les accusés dénoncent un rapport intolérable

13 novembre 2017, 10:15 catégorie: Actualité5 026 vue(s) A+ / A-

Le sénateur, Evalière Bauplan, a remis, comme prévu, au Bureau du Sénat de la République, le travail final de la commission, le vendredi 10 novembre, pour les suites nécessaires. Dans les conclusions de ce document, il est recommandé de poursuivre plusieurs anciens grands commis et hauts cadres de l’État parmi lesquels : l’ancien Premier ministre Laurent Salvador Lamothe, l’ex-ministre de l’Économie et des Finances, Wilson Laleau, l’ancienne ministre du Tourisme, Stéphanie B. Villedrouin, l’ex-ministre de la Planification, Yves Germain Joseph, pour ne citer que ceux-là .

À moins de 48 heures de la mise en circulation du rapport dans les salles de rédaction et sur les réseaux sociaux, les réactions des personnes accusées commencent à être largement diffusées. Recourant à un ensemble d’arguments, les accusés nient catégoriquement les faits évoqués dans le rapport et dénoncent une opération politique, pour le moins douteuse. Laurent S. Lamothe, Wilson Laleau, Yves Germain Joseph sont les premiers à réagir. Ils ont écrit au président du Sénat, Youri Latortue, pour exprimer leur stupéfaction, et ce avant même la tenue de la séance spéciale du mardi 14 novembre devant statuer sur le contenu du document.

L’ex-ministre de l’Économie et des Finances, actuel chef de cabinet du président Jovenel Moïse, M. Wilson Laleau, voit dans ce rapport un simple prétexte pour essayer de ternir l’image de quelques personnalités. « Les conclusions du rapport (troisième partie du document) n’ont rien à voir avec les analyses prétendument techniques de la deuxième partie », écrit-il, soulignant le caractère partial, partiel et partisan du document. Enfin, pour M. Wilson Laleau, « il n’est pas de la compétence du sénat de conduire ce genre d’enquête ».

L’ex-ministre Yves Germain Joseph, de son côté, fait la leçon aux membres de ladite commission et au Sénat « Je n’ai rien compris dans cette histoire. Sénateur, je suis désolé de vous rappeler certaines notions de base en dépit du grand savoir de vos collègues. On ne conduit pas une vérification comptable en cachette. C’est une profession qui a ses règles », déclare -t-il, précisant que le vérificateur sait, pour l’avoir appris, qu’il doit communiquer, discuter avec ceux qui sont concernés par son audit . « Je suis surpris de constater que dans ce nouveau rapport, on ne fait plus mention de Fermathe–Soisson-Frères. Bref, contre toute attente, l’orientation de cette commission ne va pas permettre à l’État haïtien de récupérer les montants encaissés indument par des intouchables », déplore-t-il.

Dans une note publiée, le secrétariat de l’ancien chef du gouvernement Joseph Michel Martelly rejette sans coup férir la conclusion du rapport . « Le Secrétariat particulier de l’ancien Premier ministre Laurent Lamothe rejette de façon catégorique les conclusions générales hâtives et les extrapolations abusives du rapport de la commission sénatoriale spéciale chargée d’approfondir l’enquête sur l’utilisation des fonds PetroCaribe, dirigée par le Sénateur Evalière Beauplan, lit-on dans cette note dont le “National” a pris connaissance.

Le secrétariat condamne par ailleurs, la manipulation avérée et la calomnie des rédacteurs du document qui se sont évertué à construire une vaste machination dont l’objectif premier est de ternir la réputation des anciens hauts fonctionnaires de l’État mis en cause. Le secrétariat ne peut pas accepter que l’on fabrique des “faits”, que l’on monte des “cas” de toutes pièces et que l’on fomente de fausses allégations avec des motivations politiques obscures.

Le pays compte déjà dans ses annales deux rapports sur la gestion des fonds de PetroCaribe, pour les huit ans d’existence du programme. Toutes les personnes indiquées désignées ont toujours dénoncé le caractère partisan et démagogique du travail réalisé. Dès lors, les citoyens perplexes se demandent : quelle est la véritable instance chargée de conduire une enquête dans des cas présumés de corruption ?

Jodel Alcidor

Comments

comments

scroll to top