Accueil » Tribune » Pestel, à l’heure d’une bataille politique entre ses élus !

Pestel, à l’heure d’une bataille politique entre ses élus !

10 octobre 2017, 6:44 catégorie: Tribune11 912 vue(s) A+ / A-

Pestel, située dans le département de la Grand’Anse, fut élevée au rang de commune depuis 1843 après sa participation dans la lutte pour renverser le président Jean Pierre Boyer au pouvoir. Elle tient son nom d’un colon français : François Pestel, originaire de Granville en Normandie, qui s’installa vers 1750 à Jérémie. Elle est connue pour son histoire caractérisée par la résistance face à plusieurs régimes politiques de Port-au-Prince. Elle se rallia en 1808 à la cause de Goman, puis en 1842 au mouvement de Jean Jacques Acaau pour une meilleure de distribution de la terre. Elle fut incendiée en 1883 par les troupes gouvernementales de Lysius Jeune Salomon.

Son histoire politique est largement dominée par des conflits entre des grandes familles traditionnelles de la zone. En effet, les Gilles et les Bernard se sont toujours engagés dans un combat pour le contrôle de l’espace politique. L’altercation qui a eu lieu, ce lundi 02 octobre, entre le maire Evil Lavilette et l’honorable député Ronald Étienne est un rebondissement de cette lutte clanique en sommeil depuis le retour du sénateur élu Guy Philippe dans sa ville natale en 2006. Il ne fait aucun doute, au soubassement de cette altercation, il s’agit d’une lutte pour le contrôle de la sphère politique qui s’amorce. Le parti FRN tourné essentiellement autour de son leader charismatique en l’occurrence Mr Guy Philippe n’a pas suffisamment de structures pour contrebalancer la course au leadership déclaré par les deux rivaux à la suite de l’arrestation de leur leader. La distribution des kits scolaires à l’école nationale n’est que l’étincelle qui fait exploser ce baril de poudre. Ainsi s’inscrivent leurs interventions dans la presse.

Les sorties de nos deux élus dans la presse, la semaine dernière, sont une catastrophe médiatique. Il ne s’agit pas d’un agir communicationnel profitable au développement de la commune. Elles seraient une bonne guerre médiatique s’il s’agissait d’une campagne de promotion destinée à refaire l’image de Pestel victime depuis quelque temps d’une mauvaise presse. Elles seraient apologisantes si la valeur de nos plages en faisait l’objet. Pourquoi n’ont-ils pas profité pour utiliser les micros de ces stations de radio pour annoncer le début d’une bataille contre la misère dans la commune? Pourquoi n’ont-ils pas abordé ensemble le problème de la construction du lycée, de la carence des professeurs au lycée? Pourquoi ce n’était pas une promotion pour le retour à la fête de la mer ? Pourquoi ce n’était pas un appel d’urgence lancé à l’exécutif pour la construction du tronçon de route Pestel kfou zaboka? L’absence de l’État à Pestel ne peut-elle pas de préférence faire l’objet de vos interventions?

Il ne s’agit pas d’une lutte d’idées vendant la potentialité intellectuelle des hommes de Pestel ou ses richesses. Cette bataille n’a pas fait l’honneur à Daniel Fignolé qui tenait un verbe fascinant les plus belles têtes de son époque. Ses sorties médiatiques étaient toujours d’une extravagance éloquente et apologisante. C’était toujours pour la cause des démunis ou des appauvris qu’il utilisait les micros de la presse. Ce n’était pas pour se hisser politiquement ou de porter atteinte à la dignité de ses adversaires.

Le député Ronald Étienne est entré dans un tacle au tacle qui est préjudiciable à sa réputation comme professeur de sciences sociales. Il en a perdu son sang froid. Il serait mieux ce jour-là si c’était ses visions politiques qu’il y exposait. La ‘’tentennade’’ comme on dit chez nous était au rendez-vous de préférence dans sa prise de parole. Il serait bien vu si c’était les grandes idées de son document remis à la mairie il y a 3 semaines qu’il y présentait. Bref, ses paroles étaient emmaillées de nervosité et de banalités. Où est passée la tempérance dont il a toujours fait preuve?

L’homme à la distribution (Evil) comme on l’appelle après Matthew tenait des propos qui n’étaient que des déchets toxiques polluant toute la réputation des Pestelois. Comme c’est quelqu’un qui aimerait toujours pasticher Guy Philippe. C’est peut-être la raison pour laquelle il a l’obsession du micro. À l’instar de ce dernier, il pensait que toute chose doit ramener sur le terrain de la presse. Je rappelle pour lui que les sorties médiatiques de Guy Philippe étaient toujours pour une bonne cause. C’était soit pour défendre la souveraineté nationale soit pour dénoncer des dérives politiques des hommes de Port-au-Prince. Peut-être il se croyait qu’il était devant une foule dans l’une des localités en train de brandir son discours anachronique et habituellement imprégné de sophisme, pour la plupart du temps mal fagoté. Au lieu de réaliser ses rencontres de staff, il préférait de faire le marchandage politique dans la presse. Peut-être il a oublié que la ville a besoin d’être assainie, la rue principale d’être reconstruite. Pourquoi, ce n’était pas un débat qu’il a lancé ce jour-là pour pouvoir corriger ses dérives? A-t-il pensé à ce “salopri” de cimetière qu’il a fait construire, au problème de l’eau potable dans les sections communales?

Messieurs, ressaisissez-vous, car les élections ne sont pas encore proches! Cette guerre à laquelle vous vous lancez est d’une grande pourriture, d’une odeur nauséabonde, d’une déchéance de la potentialité de l’homme pestelois, d’une banalité extrême. Pensez-vous que la politique est un combat de boxe ? Je rappelle qu’elle n’est ni la dialectique de gifler des personnes ni la dialectique des armes, mais c’est tout simplement la DIALECTIQUE. Faites donc preuve au moins d’une préciosité de la dialectique.

James St-Germain, sociologue

Comments

comments

scroll to top