Accueil » Actualité » Parlementaires pro et anti-PHTK contre l’augmentation des prix à la pompe

Parlementaires pro et anti-PHTK contre l’augmentation des prix à la pompe

16 mai 2018, 9:13 catégorie: Actualité10 402 vue(s) A+ / A-

Le député de Kenscoff, Alfredo Antoine.

 

De l’avis de plusieurs citoyens, les arguments avancés par le ministre de la Culture et de la Communication, Joseph Guyler C. Delva pour justifier l’ajustement des prix des produits pétroliers ne sauraient convaincre la population. Déjà, des personnalités issues de différents groupes politiques et sociaux du pays, dont des parlementaires pro et anti-Phtk, sont montées au créneau pour critiquer la décision du gouvernement.

Le mardi 15 mai 2018, le ministre de la Culture et de la Communication, Joseph Guy C. Delva a rencontré des représentants de la presse pour faire le point sur les faits marquants l’actualité sociopolitique, notamment la question d’ajustement des prix des produits pétroliers sur le marché national. Pendant plusieurs minutes, le ministre de la Communication a essayé par tous les coups d’expliquer au grand public le bien-fondé de cette mesure, avant de déclarer ouvertement que l’État ne peut plus continuer à subventionner le pétrole puisque les retombées ne sont profitables qu’à une frange de la population, les hommes et femmes les plus riches en plus.

Le ministre Delva semble mettre le feu aux poudres avec cette déclaration. Quelques heures après la tenue de cette conférence, le député de Kenscoff, Alfredo Antoine, et le député de la deuxième circonscription de Port-au-Prince Jean René Lochard, membres du bloc majoritaire de la Chambre des députés, et proches du pouvoir en place, ont sorti de leur silence pour exprimer leurs désaccords avec les déclarations du ministre, et condamner toute tentative visant à augmenter le prix des produits pétroliers sur le marché local, à un moment ou la population subit une baisse de son pouvoir d’achat.

« Face à cette situation économique précaire, l’État haïtien, peu importe les arguments avancés, ne peut pas se permettre le luxe de réviser à la hausse le prix des produits pétroliers. « La population ne peut pas supporter cette charge », ont déclaré ces parlementaires au micro de la presse. Parallèlement, le député de l’opposition d’Aquin (Sud), Jean Robert Bossé, a abordé la question dans le même sens.

Les syndicats de la Plaine du Cul-de-sac en colère

Dans la même lignée, le syndicat des propriétaires et des conducteurs de la plaine du Cul-de-sac ont rejeté d’un revers de main cette décision. Ils menacent de bloquer la circulation au niveau de la zone si le Gouvernement décide réellement de prendre cette direction. « Quels sont les résultats du premier ajustement qu’on a eu l’année dernière ? « Ou est passé le protocole d’accord de dix-neuf points qu’on avait signé avec le pouvoir exécutif lors des négociations ? s’est questionné le syndicaliste Égard Derismé, tout en rappelant quelques points du protocole d’accord qui a été signé, comme le fonds de garantie, l’assurance pour les chauffeurs, etc.

S’agissant des opportunistes, les syndicats de la plaine du Cul-de-sac ont lancé une mise en garde. «Gare aux opportunistes de ce pays. Nous n’avons délégué aucune personne pour entamer des négociations au nom du secteur », ont-ils lancé, en prenant le soin de dénoncer le comportement de certaines personnes du secteur qui profitent toujours de ces situations pour bâtir leur capital.

Jodel Alcidor

Comments

comments

scroll to top