Accueil » Édito » Le paradigme du dialogue inclusif

Le paradigme du dialogue inclusif

09 octobre 2017, 9:00 catégorie: Édito13 707 vue(s) A+ / A-

Start, stop, reset… c’est cette seule aiguille en sus de l’indication de l’heure et de la minute qui fait tout le charme d’un chronomètre. L’horloge virtuelle de la crise politique née de la publication du budget 2017-2018 dans le journal officiel Le Moniteur et de la détérioration des conditions de vie des couches les plus vulnérables de la population fonctionne également off Line. Elle enregistre les tensions des mouvements de rue. Tout le monde s’en aperçoit. Sauf exception. Elle est à portée d’un clic.

Le président Jovenel Moïse sortira-t-il enfin de son indifférence pour repositionner le débat sur le nouveau paradigme de la socialisation de la vie politique nationale par le dialogue inclusif ? C’est, du moins, l’idée phare de la société civile et du secteur démocratique qui n’est pas sans intérêt pour comprendre et interpréter la réalité. Le discours de la Conférence épiscopale, du secteur progressiste des affaires et des organisations des droits humains s’inspire très largement des contours de ce mode d’approche assez réaliste.

D’aucuns considèrent que dialoguer ici c’est moderniser le principe de liberté et de la fraternité susceptible de permettre à notre modèle social de continuer à remplir son objectif au bénéfice des masses rurales et urbaines ; c’est saisir le sens du défi de l’heure pour un vivre ensemble inter-haïtien ; anticiper les adaptations devant lesquelles il faut réagir le plus rapidement pour éviter le pire. Pendant qu’il en est temps.

Gouverner ne peut être un motif de conflits et de luttes fratricides, mais au contraire une opportunité de servir le bien commun sur la base d’une négociation toujours vitale. C’est une piste pour configurer les conditions d’existence du peuple qui n’est pas cette « canaille » dont parlait Voltaire, mais le pivot de la démocratie, sujet du droit et véritable acteur de l’histoire.

Les mouvements de rue qui sont plus que nécessaires à la dynamique démocratique, mais dans la non violence, ont la vertu de souligner le ras-le -bol des manifestants. Encore faut-il que la bonne foi des uns et des autres soit le « référentiel » des normes démocratiques ou d’indices à prendre en compte pour sonder le pouvoir de convocation de certains « leaders politiques ». C’est un principe sacré, indiqué clairement dans les articles 134-1, 134-2 de la Constitution au sujet du mandat présidentiel et de son contenu.

L’appel au dialogue n’est pas à prendre comme un acte de caresse dans le sens du poil, mais un passage obligé et nécessaire à la préservation de la paix en vue de lancer le pays vers un nouvel horizon social, politique et économique. L’heure est venue de décongestionner l’atmosphère afin de la rendre vivable dans l’intérêt national. Le dialogue donnera aux acteurs politiques l’occasion d’affuter leurs arguments. Certes, les positions sont souvent divergentes, voire inconciliables au point de voir celui-ci paraitre comme incongru et saugrenu, sinon comme une panacée. Divergence de vues certes, mais cela ne saurait nous exonérer d’échanges intelligents et pragmatiques. Aux seigneurs du béton comme aux tenants avérés du pwen n fè pa, le dialogue est la voie royale à emprunter résolument.

Les manifs en série grâce auxquelles nous avons été servis d’une régurgitation des clichés « Vive le président »! « A bas le président, rache manyok, bay te a blanch » que nous croyions éteints, ne font qu’entrainer le pays vers le gouffre. Toutefois, elles sont déterminantes pour mesurer les aspirations légitimes de la population. L’idée du dialogue inclusif qui prévaut aujourd’hui de manière diffuse finira donc par s’établir dans les pensées afin de paraitre, en termes de tenant et d’aboutissant, comme une voie incontournable. C’est donc une nécessité dont de nombreux esprits se sont épris comme pour éponger une soif, apaiser une fureur et contourner une dérive. Hors de là, il n’y a point de salut !

Robenson Bernard

Comments

comments

scroll to top