Accueil » Culture » Et si le monde était abstrait

Et si le monde était abstrait

08 mars 2018, 9:11 catégorie: Culture9 114 vue(s) A+ / A-

Donnons une contraction du monde réel ou encore soulignons les ruptures au lieu d’essayer de représenter les apparences visibles du monde réel ou encore supprimons, tous, les références du monde réel délibérément. Si le monde était abstrait, il aurait indiqué un point de départ, des représentations nouvelles de la réalité et de l’imagerie ayant un écart entre réalité et art et aurait traversé le miroir de l’exactitude visuelle qui est la beauté et ajoutons qu’elle n’est pas universelle, car elle est basée sur la mémoire, à des éléments que vous ayez incorporés plus ou moins consciemment du monde réel au monde abstrait ce qui aurait surement choqué le goût et les habitudes.

Le style abstrait peut être considéré comme décoratif, mais il est bien plus. Il a pour ambition de toucher l’âme, de faire vibrer notre intérieur, c’est un art sensuel. La naissance de cet art a été une démarche intellectuelle élevée, en rupture avec les traditions les plus anciennes. L’art abstrait est un art qui tente de donner une contraction du réel. Le monde abstrait peut se passer de modèle et prend sa liberté à la réalité visuelle et des créations plastiques mimétiques. Il ne représente pas des sujets ou des objets du monde naturel, mais seulement des formes et des couleurs à elle seule. C’est l’une des principales tendances qui se sont affirmées dans la peinture et la sculpture du XXe siècle. Cela écrit, quel que soit le sens qu’on voudrait tirer de cette étude, elle reste une simple illusion par ce que l’art, la religion et la philosophie ne se diffèrent que par la forme. Leur objet est le même, car cet objet est simple, c’est là l’interaction entre l’être humain et son environnement depuis le réalisme du début du XIXe siècle et l’apparition du daguerréotype, une représentation exacte du réel est réalisée. L’abstraction s’inscrit dans cette continuité, cette constante recherche d’une représentation juste du réel. Elle se veut une réponse à ces nouvelles formes récemment apparues, considérées malgré leur exactitude technique comme partiales, incomplètes.

L’idée de sublimation de la réalité disparaît au profit du monde extérieur à sa représentation tangible, l’art ne vise plus la vraisemblance la plus grande, le réalisme le plus exact, car il peut être supplanté, résumé, au moins théoriquement par les nouvelles formes de représentation, puisqu’une représentation parfaite est susceptible d’être extrêmement difficile à atteindre. Le travail artistique prend des libertés, en modifiant par exemple la couleur et la forme d’une manière qui soit visible et contenue dans une essence concise qui peut être appelée « abstraite ». La résultante ne comporte plus les traces de l’abstraction, les références et le reconnaissable disparaissent au profit des effets visibles, des lignes foisonnantes, des couleurs uniques ou mêlées. Ainsi, l’abstraction ne conserve-t-elle aucune des références naturelles et réalistes des entités présentées. Art figuratif et Abstraction totale sont presque incompatibles, à ceci près que la représentation figurative (ou art réaliste) contient souvent une abstraction partielle. Parmi les très nombreux mouvements artistiques pré-abstraction, ceux qui incarnent une part substantielle et notable d’abstraction sont le fauvisme, pour son usage des couleurs, clairement et délibérément altérées par rapport à la réalité, et le cubisme, qui modifie de façon flagrante les formes de la vie réelle. Enfin le futurisme, dans sa volonté de défigurer le réel par le dynamisme et le cinétisme, parvient à un art abstrait. L’abstraction n’a pas été une révélation isolée, elle fait partie d’un contexte global extraordinairement créatif dans tous les arts.

Midline Richardson

Comments

comments

scroll to top