Accueil » Economie » Mise en place d’un dispositif d’orientation des nouveaux agents de la fonction publique

Mise en place d’un dispositif d’orientation des nouveaux agents de la fonction publique

12 novembre 2015, 1:02 catégorie: Economie672 vue(s) A+ / A-

Il s’agit de familiariser les fonctionnaires à la réalité gouvernementale, de développer leurs connaissances générales sur les missions, l’organisation et le fonctionnement politique et administratif de l’État | © Photo : OMRH

Il s’agit de familiariser les fonctionnaires à la réalité gouvernementale, de développer leurs connaissances générales sur les<br />missions, l’organisation et le fonctionnement politique et administratif de l’État | © Photo : OMRH

L’Office de Management et des Ressources humaines (OMRH) et le Centre de Formation et de Perfectionnement des Agents de la Fonction publique (CEFOPAFOP) ont procédé au lancement, ce mardi à l’Hôtel Le Plaza, d’un programme d’orientation des fonctionnaires publics.

Cette démarche rentre dans le cadre d’une stratégie gouvernementale relative aux séances obligatoires d’orientation des nouveaux agents de la fonction publique, a appris Le National d’une source proche de la Primature.

Les parties prenantes de cette initiative ont pour devoir, selon les directives reçues, de communiquer au CEFOPAFOP dans les délais requis, la liste de fonctionnaires de catégorie C appelés à participer aux séances d’orientation organisées en collaboration avec l’OMRH, le CEFOPAFOP et bénéficiant de l’assistance logistique des directions de ressources humaines des ministères concernés.

Cette activité fait partie des mécanismes qui ont été mis en place par le gouvernement. Dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme en cours, l’admission et l’intégration de tout nouvel agent public dans la fonction publique se feront désormais sur la base de concours, conformément à la réglementation établie et selon les règles de gestion moderne des ressources humaines.

Un document en ligne sur le site du ministère de la Communication et consulté par Le National établit les voies et moyens de la mise en place par l’OMRH de ce programme d’orientation obligatoire des nouveaux agents de la fonction publique. Il s’agit en quelque sorte de « familiariser les fonctionnaires à la réalité gouvernementale, développer leurs connaissances générales sur les missions, l’organisation et le fonctionnement politique et administratif de l’État et faire comprendre le rôle du fonctionnaire, son environnement de travail, les conditions d’emploi et l’évolution de sa carrière ».

Dans le cadre de la « réforme voire de la modernisation de l’appareil administratif de l’État, informe par ailleurs notre source, “des réflexions seront conduites au niveau de l’OMRH afin de mettre en place à l’avenir un programme d’orientation à l’intention des grands commis de l’État”.

Le dernier rapport sur le recensement des agents de la fonction publique, publié en 2014 par l’Office de Management et des Ressources humaines fait état de 70,594 agents publics, dont 59,446 fonctionnaires et 11,148 contractuels. Ces données, fournies par le ministère de l’Économie et des Finances en février 2014, correspondent à 85 % de l’effectif des agents de la fonction publique.

Comparées aux résultats du recensement de 1996, ces données confirment une augmentation de 70 % des effectifs, la moitié étant localisée dans les ministères assurant les services sociaux à la population.

Selon le rapport, “l’âge moyen d’un agent de la fonction publique en Haïti est de 43 ans. Les femmes représentent le tiers de l’effectif, quelle que soit la tranche d’âge considérée. 8 % des fonctionnaires en activité ont 25 ans ou plus dans la fonction publique. 12 % de l’effectif a atteint l’âge de la retraite (55 ans). 67 % des fonctionnaires sont mariés et 11 % vivent en concubinage. 29 % des fonctionnaires déclarent détenir un niveau de formation universitaire ; 46 % ont le niveau secondaire (Bac I ou Bac II) ; 9 % ont le certificat d’études primaires, et 5 % n’ont pas fréquenté l’école”.

Le rapport identifie quatre catégories de fonctionnaires publics : la catégorie A, pour les employés œuvrant au niveau des directions des institutions publiques, soit 5 % des effectifs, la catégorie B, regroupant les emplois d’application exigeant un diplôme minimum de  trois ans d’études après le Bac — soit 12 % des effectifs –, la catégorie C — 55 % des effectifs, la majorité – qui englobe tous les emplois d’exécution exigeant le niveau Bac II et la catégorie D représentant 28 % des effectifs occupant des postes d’exécution exigeant le certificat d’études primaires.

Henri Alphonse

Comments

comments

scroll to top