Accueil » Actualité » L’opposition démocratique dresse un bilan négatif de l’administration Moïse/Lafontant

L’opposition démocratique dresse un bilan négatif de l’administration Moïse/Lafontant

11 janvier 2018, 10:50 catégorie: Actualité7 301 vue(s) A+ / A-

Les membres du secteur démocratique populaire

en train de dresser le bilan de l’Administration Moïse/Lafontant.

 

Alors que l’administration Moïse/Lafontant se décerne un satisfecit pour ses réalisations en 11 mois de pouvoir, l’opposition s’en prend vertement aux déclarations des responsables de l’État à travers un bilan présenté lors d’une conférence de presse tenu le jeudi 11 janvier. Pour les hommes de l’opposition qui planifient déjà une nouvelle manifestation pour le 22 janvier, l’administration Moïse/ Lafontant a failli à sa mission. Ils réclament le départ du gouvernement

La conférence avortée, le 10 janvier 2018, a bel et bien eu lieu, le jeudi 11 janvier. Le secteur démocratique et populaire a dressé un sombre bilan des actions entreprises par les dirigeants de la République durant l’année écoulée. Les chefs de file de cette structure politique suivant leur lecture consignée dans un document de 6 pages ont conclu que l’administration Moïse/Lafontant a spectaculairement échoué dans tous les domaines.

Les hommes de l’opposition n’ont pas été tendres avec le chef de l’État qui, disent-ils, a réduit la présidence à sa plus simple expression. “Les dérives commises par l’équipe au pouvoir sont excessivement préjudiciables au développement et à la dignité de la nation”, faisant remarquer ces membres de l’opposition qui qualifient de péchés capitaux les faits relatés dans leur bilan. Selon eux, rien ne peut empêcher au pays de sombrer dans l’abîme avec de tels dirigeants à sa tête.

Ils sont au nombre de sept, les faux pas reprochés au premier citoyen de la nation. Promotion du déshonneur, cupidité, corruption, mensonge, destruction des institutions, dictature et trahison des peuples victimes de l’esclavage, en sont les faits reprochés au chef de l’État dans le document soumis à l’appréciation des journalistes. Dans son intervention, l’ancien candidat au Sénat pour le département de l’Ouest sous la bannière du RDNP, André Michel, les a résumés en six axes spécifiques, à savoir l’économie, la diplomatie, la sécurité, l’éducation, la politique et la justice.

André Michel qui ne cesse de dénoncer le caractère anti populaire et discriminatoire des mesures de l’administration Moïse/Lafontant, a mis beaucoup d’emphase sur les décisions économiques prises durant l’année 2017. S’appuyant sur la croissance de 1.2 % enregistrée dans l’économie haïtienne par rapport à l’accroissement de la population qui atteint la barre de 1.7 %, l’opposant farouche du pouvoir en place a qualifié de catastrophique le bilan économique national. Il a parallèlement indiqué un ensemble d’allocations budgétaires et de dépenses partisanes et inutiles qu’auraient effectuées la présidence et le gouvernement.

Selon André Michel, il n’y a pas que cela qui a éclaboussé les actions gouvernementales. L’attitude diplomatique du chef de l’état à l’extérieur, son entourage politique, son comportement vis-à-vis du rapport sénatorial sur la gestion des fonds PetroCaribe, sa déclaration concernant les juges et la remobilisation des Forces armées d’Haïti sont encore, dit-il, d’autres éléments qui prouvent que cette administration a trahi la nation.

Face à l’improductivité et le laxisme du gouvernement, les hommes du secteur démocratique et populaire visent à prendre une série d’initiatives. D’autres perspectives dans le cadre de la lutte sont déjà annoncées. Entre autres, la décision de poursuivre les travaux autour du document d’alternative politique qu’ils auront à présenter à la nation. Le manifeste des forces démocratiques et populaires est aussi en phase de préparation en vue de structurer et définir les grandes visions de l’opposition politique, ont-ils fait savoir. Questionnés sur leur rapport avec le leader de Pitit Dessalines aucune réponse n’a été clairement donnée par ces militants de l’opposition. Cependant, ils disent être prêts à soutenir tout mouvement de mobilisation visant à évincer du pouvoir, Jovenel Moïse. Parallèlement, ils appellent à l’unification réelle du secteur démocratique.

Daniel Sévère

Comments

comments

scroll to top