Accueil » Actualité » L’opposition commémore le massacre de la ruelle Vaillant

L’opposition commémore le massacre de la ruelle Vaillant

29 novembre 2017, 10:43 catégorie: Actualité3 126 vue(s) A+ / A-

Marche de l’opposition pour commémorer le massacre de la ruelle Vaillant.

 

En vue de commémorer les 30 ans du sanglant massacre de la ruelle Vaillant, plusieurs centaines de personnes ont parcouru les rues de la capitale, le mercredi 29 novembre 2017. Les manifestants ont aussi profité de l’occasion pour dénoncer la remobilisation des Forces armées d’Haïti, effective depuis le 18 novembre écoulé.

Comme prévu, l’opposition démocratique populaire a été dans les rues de la capitale, le mercredi 29 novembre 2017, à l’occasion du trentième anniversaire de la tuerie de la ruelle Vaillant. Munis de pancartes, de banderoles et de photos, les partisans et sympathisants de l’opposition ont sillonné divers quartiers de Port-au- Prince avant de se rendre sur le lieu de l’incident du 29 novembre 1987. Là, les chefs de file du mouvement ont déposé une gerbe de fleurs en mémoire des victimes qui ont payé de leur sang la première élection démocratique du pays.

La manifestation a débuté sur la place Dessalines au Champ-de- Mars. Bien motivé par le secrétaire général de la plate forme « Pitit Dessalines », Moïse Jean-Charles, les manifestants sont partis le vent en poupe. Mais arrivés au Bel- Air, ils ont dû observer une pause dépassant plus d’une heure en attente d’une autre branche de la manifestation arrivant de la Saline pour agrandir la bande.

Regroupée en un seul corps, la manifestation a pris la direction de l’autoroute de Delmas. Très en colère, les militants ont lancé des slogans hostiles à l’équipe au pouvoir tout en dénonçant la remobilisation de l’armée qu’ils considèrent comme un affront à la masse défavorisée. Sur tout le parcours, les protestataires ont tenté vainement de dresser des barricades enflammées. Cependant, ils ont eu le temps de balancer sur la chaussée tous les objets retrouvés sur leur parcours. À Delmas 33, ils ont failli bruler une voiture garée au bord de la rue. Grâce à la vigilance des agents de l’ordre aidé des gens de la zone, la voiture a été épargnée de l’incendie.

De Delmas 33 jusqu’à Lalue, c’était presque le calme plat. Les manifestants ont accusé des signes de fatigue et l’effectif a diminué considérablement. Mais le parcours a été respecté jusqu’à l’école Argentine Bellegarde, lieu de mémoire du regrettable incident de 1987.

Absents sur tout le parcours, les têtes de pont de l’opposition, comme toujours, se sont montrées très acides par rapport à la mise sur pied de l’armée. Selon eux, cette force remobilisée est une menace pour la masse populaire. ‹‹ Non à l’instauration de l’armée. Non à l’armée instrumentalisée››, a lancé l’ancien candidat au Sénat sous la bannière Pitit Dessalines, Muraille Jean Myrtho, réclamant le départ sans condition de Jovenel Moïse du pouvoir.

Les leaders de l’opposition ont, en outre, demandé l’arrestation de tous ceux qui ont participé à cet acte odieux. Selon eux, l’une des meilleures façons de saluer la mémoire des disparus c’est d’exiger que la justice leur soit rendue.

Rappelons que c’est sur les lieux de l’école Argentine Bellegarde, à la rue Vaillant, que plusieurs dizaines de personnes ont trouvé la mort, le 29 novembre 1987, sous les balles assassines des militaires lors de la première élection démocratique du pays.

Daniel Sévère

Comments

comments

scroll to top