Accueil » Economie » L’OMC met à jour ses prévisions pour 2017

L’OMC met à jour ses prévisions pour 2017

03 octobre 2017, 8:17 catégorie: Economie8 101 vue(s) A+ / A-

Les économistes de l’Organisation mondiale du Commerce ont revu nettement à la hausse leur prévision de croissance du commerce pour l’année 2017, suite à l’accélération marquée de la croissance du commerce mondial au premier semestre de l’année.

« L’amélioration des perspectives du commerce est une bonne nouvelle, mais il subsiste des risques importants qui menacent l’économie mondiale et qui pourraient bien nuire à la reprise du commerce », a indiqué le directeur général, Roberto Azevêdo. « Parmi ces risques, il y a la possibilité que la rhétorique protectionniste donne lieu à des actions restrictives pour le commerce, la montée inquiétante des tensions géopolitiques mondiales et le coût économique croissant des catastrophes naturelles. »

La nouvelle estimation de la croissance du commerce mondial pour 2017 se situe en haut de la fourchette des dernières prévisions commerciales des économistes de l’OMC, datant du 12 avril 2017 (1,8 %-3,6 %). L’importance de la révision est due en partie à une légère amélioration de la prévision consensuelle de la croissance du PIB mondial (2,8 % en 2017 aux taux de change du marché, contre 2,3 % en 2016) et en partie à la composition de cette croissance.

L’estimation de la croissance du volume du commerce mondial des marchandises en 2017 est passée à 3,6 %. La précédente estimation pour 2017 était de 2,4 %, mais avec une fourchette de 1,8 % à 3,6 %, reflétant le haut niveau d’incertitude sur l’économie et les politiques. La nouvelle estimation se situe dans la partie haute de la fourchette. Une croissance de 3,6 % représenterait une nette amélioration par rapport à la faible augmentation de 1,3 % enregistrée en 2016. Compte tenu du risque de prévision persistant dû à la grande incertitude quant à l’évolution à court terme de l’économie et des politiques, la fourchette des estimations de croissance du commerce mondial a été ajustée à 3,2 %-3,9 %. La croissance plus forte en 2017 est attribuée à la reprise des flux commerciaux en Asie du fait de l’augmentation des expéditions intra régionales et de la reprise de la demande d’importations en Amérique du Nord, qui avait marqué le pas en 2016.

Au deuxième trimestre, la croissance du PIB s’est accélérée dans la plupart des grandes économies, notamment en Chine où la croissance en glissement trimestriel est passée de 1,3 % au premier trimestre (équivalant à un taux annuel d’environ 5,3 %) à 1,7 % au deuxième trimestre (environ 7,0 % sur une base annuelle). La croissance s’est aussi renforcée aux États-Unis, passant de 1,2 % sur une base annuelle au premier trimestre à 3,0 % au troisième trimestre, et dans la zone euro (de 2,2 % au premier trimestre à 2,6 % au deuxième trimestre).

La plus forte croissance, particulièrement en Chine et aux États-Unis, a stimulé la demande d’importations, ce qui a donné une impulsion au commerce intra-asiatique, la demande se transmettant à travers les chaînes d’approvisionnement régionales. Au premier semestre de 2017, la demande chinoise a été stimulée par la vigoureuse croissance de l’industrie (de 6,4 % en valeur réelle pour l’année en cours) et par une croissance encore plus forte dans le secteur des services (de 7,7 % sur la même période). Les conditions financières en Asie se sont aussi améliorées par rapport au premier trimestre volatil de 2016, ce qui a contribué à la confiance des entreprises et des consommateurs.

Si les estimations de l’OMC se vérifient en 2017, les économies en développement devanceront les économies développées en termes de croissance du commerce en volume, à la fois pour les exportations et les importations, relève l’OMC. Parallèlement, pour ce qui est de 2018, la croissance du commerce mondial devrait ralentir à 3,2 % (dans une fourchette de 1,4 % à 4,4 %), selon l’OMC. Cette nouvelle estimation est fondée sur une prévision de croissance de 2,8 % de l’économie mondiale en 2018. Dans les Caraïbes, l’augmentation de la demande de services touristiques devrait stimuler la croissance économique et la porter à 3,3 % en 2017 et 3,8 % en 2018.

Hansy MARS

Sources combinées

Comments

comments

scroll to top