Accueil » Culture » Littérature et politique : la géographie des écrits de Georges Anglade

Littérature et politique : la géographie des écrits de Georges Anglade

09 octobre 2018, 7:24 catégorie: Culture5 812 vue(s) A+ / A-

Georges Anglade

 

Faut-il créer un musée Georges Anglade ou un centre de documentation Georges Anglade sur les relations entre Haïti et le Canada pour garder quotidiennement en vie la mémoire de ce géographe, écrivain et homme politique haïtien ? Comment apprendre les leçons de l’espace haïtien si nous ne nous rappelons même pas que cette terre a emporté, le 12 janvier 2010, l’un des plus grands géographes haïtiens qui a participé à la création du département de géographie de l’Université du Québec à Montréal ? Coup d’oeil sur l’héritage littéraire de cet homme politique haïtien, auteur du Manifeste « La Chance qui passe », ayant reçu en 1999, la mention d’honneur au Prix José Marti de l’UNESCO.

Avec le succès ascensionnel et renouvelé de Dominique Anglade dans la haute sphère politique au Canada et tremblement de terre du 6 octobre 2018, survenu en Haïti ; deux événements diamétralement opposés, entre Haïti et le Canada, c’est la mémoire de Georges Anglade qui revient pour nous inviter à nous rééduquer autour du concept de l’espace qui nous entoure et nous habite en permanence sur cette terre.

Georges Anglade et le dernier voyage avant les ‘Étonnants voyageurs’

Dans la liste des vies emportées par le séisme du 12 janvier 2010, le couple Mireille et Georges Anglade reste encore dans les souvenirs de plus d’un comme pour justifier le voeu inséparable formulé dans le mariage.

Dans la géographie des dates marquant la vie de Georges Anglade, nous retenons qu’il est né un 18 juillet 1944, à Port-au-Prince, en pleine période de la Deuxième Guerre mondiale. À l’âge de 18 ans, soit en 1962, il débute ses études à l’École normale de Port-au-Prince pour obtenir une licence en droit et un diplôme de Sciences sociales, à la faculté de Droit de la capitale haïtienne.

Contraint de laisser le pays durant la dictature des Duvalier, il va préparer entre 1965 et 1969 un doctorat de troisième cycle au Centre de géographie appliquée de Strasbourg, tout en obtenant une licence ès lettres, pour devenir en 1968 et 1969, professeur à l’Institut démographique de Strasbourg.

Geoges Anglade, opposant de la dictature et homme politique

Dans un hommage posthume rendu par le prestigieux journal « Le Monde », dans la parution du 16 janvier 2010, on pourrait lire : « Opposant de la dictature des Duvalier (père et fils), Georges Anglade sera emprisonné en 1974, exilé à deux reprises (1974 et 1991), souvent menacé de mort. Il avait fondé dans les années 1980 à Montréal le Mouvement haïtien de solidarité. En 1990, il rédigea un manifeste retentissant La Chance qui passe, en faveur de la démocratie ».

Essayiste de 1974 à 2008, l’ancien ministre des Travaux publics de l’administration… nous a légué un riche héritage littéraire à travers les titres suivants : « L’espace haïtien, 1974 », « Mon pays d’Haïti, 1977 », « Espace et liberté en Haïti, 1982 », « Atlas critique d’Haïti, 1982 », « Cartes sur table, 1990 », « La chance qui passe, 1990 », « Chronique d’une espérance, 2008 ».

Haïti va-t-elle célébrer les deux décennies de « Lodyans » de Georges Anglade ?

Écrivain passionné des contes narratifs connus sous le nom de « Lodyans », de Montréal à Québec, à travers plusieurs éditions telles Boréal, Lanctôt, Ecosociété et Educa Vision entre autres, on retrouve des titres comme : « Les blancs de mémoire, 1999 », « Ce pays qui m’habite, 2002 », « Leurs jupons dépassent, 2004 », « Et si Haïti déclarait la guerre aux USA ?, 2004 », « Rire haïtien : les lodyans de Georges Anglade, 2006 ».

Ancien conseiller et ministre des Travaux publics dans les gouvernements de Jean Bertrand Aristide et René Préval, on va le retrouver comme président de la Conférence politique internationale de Miami, qui initie le retour de la démocratie en Haïti, qui coïncide avec la deuxième occupation du pays par l’armée américaine.

Georges Anglade est un personnage en E : Enseignant de l’espace, écrivain et homme d’État !

« Étonnants Voyageurs » a été le dernier rendez-vous manqué pour le dernier voyage de Georges Anglade, de retour au pays pour participer à ce grand festival littéraire.

Emporté par les violences de sa terre natale, écrivain de renommée internationale, il est ainsi tombé dans le piège de l’écriture avec son épouse économiste, en voulant animer l’espace haïtien. Il faut toutefois se rappeler que sa contribution tant à Haïti et qu’au Canada demeure éternelle.

Emmanuel Eveno et Henry Bakis, dans « Hommage. Disparition de Georges Anglade », et Joseph J. Lévy dans « L’espace d’une génération : entretien avec Georges Anglade », figurent dans la liste de la bibliographie de cet enseignant géographe.

« Et si Haïti déclarait la guerre aux USA ? » entre des essais et des lodyans !

« Et si Haïti déclarait la guerre aux USA ? » La question a jailli au dixième jour de la guerre d’Irak. Le 29 mars 2003. Comme sortie sous pression des entrailles d’un puits de pétrole en un haut jet de sperme noir. À Port-au-Prince, c’était la question de la dernière chance. Haïti écrasé pourrait enfin se faire reconstruire à grands frais, mais avec la déveine qu’on lui connaît, il serait bien capable de gagner rien que pour continuer à croupir. Pendant douze heures intensives de branle-bas de combat, Américains, Français et Canadiens vont marcher à fond dans cette chance inespérée de trouver enfin la sortie de crise à trois siècles d’adversité. Ce feuilleton emprunte sa forme, son rythme et son humour à l’art local haïtien de la lodyans, inventée pour justement raconter les tribulations des vieux nègres pris dans les trois guerres de cent ans qui ont cours en Haïti depuis Saint-Domingue. Avec un titre aussi accrocheur, l’auteur nous laisse parmi tant d’autres publications une riche mémoire pour continuer à servir l’espace haïtien, entre l’histoire et les déboires de toutes sortes.

En attendant, sa fille Dominique Anglade occupe la fonction de ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation depuis le 28 janvier 2016, au gouvernement de Philippe Couillard.

De père en fille, l’excellence se poursuit dans l’espace canadien sans pour autant renier l’espace haïtien ou se repose ses racines ancestrales !

Dominique Domerçant

Comments

comments

scroll to top