Accueil » Diaspora » Lettre ouverte de KODDDA à l’attention du président du Comité de Pilotage des États généraux sectoriels, Port-au-Prince, Haïti

Lettre ouverte de KODDDA à l’attention du président du Comité de Pilotage des États généraux sectoriels, Port-au-Prince, Haïti

02 avril 2018, 9:10 catégorie: Diaspora188 015 vue(s) A+ / A-

Le 2 avril 2018 Monseigneur LOUIS KÉBREAU, président du Comité de Pilotage, États généraux sectoriels de la Nation

Monseigneur,

Monsieur le Président,

Par la présente la KODDDA – qui se donne pour mission la défense des droits des Haïtiens vivant à l’étranger – vous présente ses compliments et vous prie de recevoir ses commentaires concernant l’initiative d’organiser les «États généraux sectoriels de la Nation”.

Dans un esprit participatif, la KODDDA souhaiterait vous soumettre par la présente ses observations et partager avec les membres de votre Comité ses inquiétudes sur certains points de l’entreprise qui concerne et engage le devenir du pays:

Nous notons en premier lieu l’absence de représentants légitimes et actifs de certains secteurs importants de la communauté haïtienne tels qu’un représentant de la diaspora internationale de même qu’un représentant de la presse parlée et écrite locale pour organiser la tenue des ateliers. Et ce, en dehors, bien entendu, des personnalités déjà nommées et qui, sans doute, n´agiront qu’en tant que coordinateurs et agents de communication face au public.

Saurions-nous établir des critères faisant appel à des personnages de qualité, d’expérience et concernés par Haïti afin que les débats soient consistants?

Par ailleurs, la mission attribuée aux membres du Comité semble enfreindre des domaines déjà étudiés ou mis à l’étude depuis des mois par la Commission spéciale sur les Amendements constitutionnels. Nous nous référons ici aux problématiques de la gouvernance politique; la gouvernance locale; la gouvernance économique; la gouvernance environnementale et l’aménagement du territoire ; la gouvernance de l’espace public et médiatique ; la gouvernance du système éducatif ; la gouvernance du système de santé ; l’identité culturelle et l’intégration sociale ; l’ordre et la sécurité publique.

Ne serait-il pas impératif de situer les débats et les thèmes en amont et de définir les priorités?

Nous souhaiterions recevoir des informations concernant les moyens qui seront déployés pour obtenir l’adhésion de l’ensemble de la population. Cette initiative est des plus louables et nous souhaiterions y participer; cependant nos inquiétudes sont palpables : la Diaspora sera-t-elle consultée, comme le seront les représentants des divers secteurs sociaux et géographiques du pays ? Et si oui, comment?

Enfin, nous tenons à souligner le fait que la KODDDA s’inquiète quant à l’aboutissement de ce pacte qui, devant être soumis (pour validation) au Président de la République, ne serait donc pas contraignant, tandis que la majorité de la population pour sa part s´y serait pleinement engagée. Dans de telles circonstances, la démocratie ne s´en trouverait-elle pas amoindrie par le biais d´une décision unilatérale de la Présidence?

Nous vous prions de recevoir, Monseigneur, nos plus vifs remerciements pour une prompte réponse et nos salutations les plus respectueuses en la patrie.

Suivent les noms des rédacteurs de la présente :

Lou Evans Arne

Ernest Victor Bellande

Edward Berrouet

Alix Lamarre

Louis F. Moise-Louissaint

Robert Magloire

Michelle Mevs

Georges Michel

Frantz Price

Jean-Claude Roy

Jean-Sébastien Roy

Christian J. Thess.

Comments

comments

scroll to top