Accueil » Actualité » Les divergences persistent autour de la désignation de Me Chenet Jean-Baptiste au CSPJ

Les divergences persistent autour de la désignation de Me Chenet Jean-Baptiste au CSPJ

14 juin 2018, 10:35 catégorie: Actualité10 005 vue(s) A+ / A-

Chenet Jean Baptiste, nouveau représentant du secteur des droits humains au CSPJ.

 

Organisé sous l’égide de la Commission épiscopale Justice et Paix (CE-JILAP), le processus a abouti à l’élection de 3 personnalités à savoir, Me Chenet Jean-Baptiste, Mme Marie-Frantz Joachim et Me Sonel Jean-François. Des noms qui, par la suite, allaient être acheminés au protecteur du citoyen, Me Renan Hedouville, en vue de la désignation de l’un d’entre eux conformément à la Loi du 13 novembre 2017.

Toutefois, le processus a suscité de vives réactions dans le secteur des droits humains. Pour le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), le processus était transparent. « Le RNDDH a participé dans un processus transparent. Les critères de participation étaient bien établis et le comité de gestion bien choisi. Je répète pour le pays, la CE-JILAP oeuvre depuis longtemps dans l’observation et la défense des droits de l’homme dans tout le pays, c’est une organisation qui a bâti sa réputation et sa notoriété au fil du temps dans le travail sérieux qu’elle réalise dans le secteur. Maintenant, certaines organisations peuvent avoir des problèmes personnels avec Me Chenet Jean-Baptiste, mais il a une longue expérience dans le secteur, il a fait son nom de par son travail », a déclaré Pierre Espérance, responsable du RNDDH.

La Ligue nationale des avocats pour la défense des droits de l’homme (LINADDH), de son côté, souligne des irrégularités dans le processus. « Les conditions de participation étaient imposées par la commission épiscopale Justice et Paix (CE-JILAP) », affirme la ligue qui, de ce fait, demande au protecteur du citoyen d’annuler le processus et de mettre en place un autre comité électoral composé de représentants de l’OPC et du CSPJ avec l’accompagnement du doyen du tribunal de Première instance.

Enfin, Me Mario Joseph, responsable du Bureau des avocats internationaux (BAI), tout en précisant qu’il n’était pas impliqué directement dans le processus dénonce l’opacité dans laquelle l’opération s’est déroulée. « Le processus n’était pas transparent puisque les critères de participation n’étaient pas définis préalablement. Je pense que Me Chenet Jean- Baptiste est très compétent et expérimenté, il travaille depuis longtemps dans le secteur. D’ailleurs, il est de ma génération. Juste pour vous dire que je n’ai rien contre lui, mais le processus n’était pas transparent », a-t-il conclu.

Herby Boisrond

 

Comments

comments

scroll to top