Accueil » Culture » Léon François Hoffman, spécialiste de la littérature et de la culture d’Haïti, nous a quittés

Léon François Hoffman, spécialiste de la littérature et de la culture d’Haïti, nous a quittés

30 mai 2018, 9:14 catégorie: Culture12 838 vue(s) A+ / A-

Léon François Hoffman.

 

Léon François Hoffman auteur notamment de plusieurs ouvrages sur la littérature haïtienne est décédé le 25 mai dernier. Né à Paris le 11 avril 1932, il a enseigné les littératures francophones à l’université de Princeton aux États-Unis. Il fut un spécialiste dans l’étude des mentalités collectives à l’époque romantique, puis dans celle de la culture et de la littérature haïtiennes. Outre plusieurs ouvrages dont « Le nègre romantique : personnage littéraire et obsession collective », couronné par l’Académie française, il a publié de nombreux articles, portant le plus souvent sur Haïti et sa littérature.

Professeur émérite à Princeton University, où il s’est lié avec l’intellectuel haïtien Michel Rolph Trouillot, Léon- François Hoffman, grand lecteur critique de la Comédie humaine de Balzac, a, par pulsion en 1955, choisi un jour de se dévouer à littérature haïtienne. Jusqu’à sa mort, il est resté un passeur efficace de la littérature haïtienne, non sans provoquer quelques débats et controverses. Depuis quatre ans, atteint d’un cancer à l’oeil, il a dû arrêter de voyager en Haïti pour arpenter les couloirs des bibliothèques particulièrement celle de Saint-Louis-de-Gonzague, rencontrer ses nombreux amis et découvrir un peu plus chaque jour les pratiques et les manifestations de la culture haïtienne, dont le vodou. Il est mort dans son sommeil le 25 mai 2018.

Écrivain, spécialiste de la littérature et de la culture d’Haïti, il obtient un PH. D. En 1959 et devient enseignant au département de français et d’italien aux États-Unis. En plus de se consacrer à l’histoire de la littérature romantique en France, il a supervisé l’édition du roman Georges, d’Alexandre Dumas père et de là pièce de théâtre Toussaint Louverture, d’Alphonse de Lamartine. Professeur de littératures française et haïtienne, son ouvrage le plus célèbre « Le nègre romantique: personnage littéraire et obsession collective » chez l’éditeur Payot en1973. Ce livre a été couronné par l’Académie française. En 2003, Léon François Hoffmann a coordonné l’édition des oeuvres complètes de Jacques Roumain. Plusieurs de ses ouvrages sont publiés chez les Presses universitaires de France. Il a reçu le prix Gilbert Chinard pour « Le roman haïtien » en 1982.

Chez Henry Deschamps, il a publié « Haïti : couleurs, croyances créoles », paru auparavant chez CIDIHCA. En 2006, il a publié chez Mémoire d’Encrier un essai de 224 pages consacré à Fréderic Marcelin un romancier de la Génération de la Ronde « Un haïtien se penche sur son pays ». L’année suivante chez l’Harmattan à Paris, il a fait paraître « Faustin Soulouque d’Haïti dans l’histoire de la littérature ». Il a aussi publié d’autres textes sur Haïti publiés dans la revue d’histoire littéraire de France.

Dans son texte intitulé Haïti, « La lettre et l’être », il a parlé de son amour pour Haïti qu’il a visité pour la première fois en 1955. Il a rencontré au cours de cette période nombre d’intellectuels haïtiens tels Pradel Pompilus, Albert Mangonès, Roger Gaillard, Jean Dominique et Lucien Montas. Resté loin d’Haïti jusqu’en 1973, il ne voulait pas y retourner sous le règne de Papa Doc. À partir de cette date, il est rentré de temps en temps en Haïti et a découvert la bibliothèque des Frères de Saint Louis Gonzague. Le National présente ses condoléances aux membres de sa famille et au monde intellectuel.

Schultz Laurent Junior

Comments

comments

scroll to top