Accueil » Economie » Le secteur agricole sera-t-il réellement pris en charge par Jean Henry Céant ?

Le secteur agricole sera-t-il réellement pris en charge par Jean Henry Céant ?

13 septembre 2018, 9:39 catégorie: Economie7 805 vue(s) A+ / A-

Très bientôt, si tout se passe bien au Parlement pour le Premier ministre nommé Jean Henry Céant, le pays aura un chef de gouvernement pour mener les différentes actions gouvernementales. À cet effet, Jean Henry Céant comme étant le futur locataire de la Primature, à travers sa déclaration de politique générale élaborée, envisage un ensemble d’engagements visant à redonner l’espoir au peuple haïtien. Un peuple qui, selon lui, attend aujourd’hui des résultats concrets et rapides.

Haïti, reconnu comme étant un pays essentiellement agricole, fait face à de divers problèmes dans le domaine de l’Agriculture. Candidat à la présidence à deux reprises, le Premier ministre nommé, Jean Henry Céant, se fait paraître comme le grand défenseur du secteur agricole en considérant les différentes actions envisagées si toutefois sa déclaration de politique générale trouverait la bénédiction des parlementaires.

À travers les 7 axes formulés dans sa déclaration politique générale, notre survol de lecture nous permet de voir que le leader de « Renmen Ayiti » s’engage à réformer l’État et maintenir la stabilité sociale ; de transformer Haïti en une destination d’investissement ; d’augmenter la production agricole ; de construire les infrastructures hydrauliques et sanitaires ; de renforcer les infrastructures et la qualité de l’éducation ; et promouvoir la stabilité à l’aide des projets sociaux.

En ce qui a trait au secteur agricole, dans le document de sa politique générale, l’homme de Bourdon montre que vu l’importance de l’Agriculture dans un pays comme Haïti, le secteur agricole devrait être privilégié. Car, le document mentionne que 50 % de la population vivent de la terre. Toujours selon les écrits de M. Céant, les domaines inexploités peuvent accroître la production nationale et contribuer du même coup à corriger certains grands déséquilibres de l’économie nationale pour l’amélioration de la balance commerciale et une baisse du chômage.

Par conséquent, pour renforcer les capacités de production du pays dans ce secteur, Jean Henry Céant, dans son énoncé de politique générale, fixe un ensemble de mesures. Aussi, dans un premier temps, le Premier ministre nommé envisage-t-il de lancer des programmes de crédits et d’assurance agricole et en second lieu, prendre des dispositions pour protéger les plaines agricoles contre l’urbanisation sauvage.

De plus, M. Céant dit vouloir promouvoir la création de PME (petite et moyenne entreprise) agro-industrielles à travers des blocs de production surtout pour la culture rizicole dans la vallée de l’Artibonite, la plaine de Maribaroux, la plaine de Torbeck, la plaine de Saint-Louis du Sud et la plaine d’Abraham. Protéger les terres fertiles contre les utilisations à des fins de spéculation, améliorer la gestion de l’eau, construire plusieurs barrages d’irrigation et réservoirs de conservation d’eau, sont les différents objectifs visés par le présumé chef du gouvernement.

Pour le secteur des pêches maritimes, le document mentionne que les actions du gouvernement tourneront autour de la promotion des produits de la mer ; la mise en place d’un financement au profit des coopératives pour l’acquisition de chalutiers professionnels de pêche.

À travers le document de sa politique générale, on voit que de bonnes mesures sont envisagées pour le secteur agricole. Mais les grandes questions qui demeurent sont: est-ce que réellement l’homme fort de « Renmen Ayiti » va les appliquer pour donner un autre visage à ce potentiel secteur ?

Est-ce qu’avec Céant, l’État sera définitivement au service de la nation pour améliorer les conditions de vie de la population ?

Peterson Jean Gilles

Comments

comments

scroll to top