Accueil » Culture » Le recueil de poèmes « Extraits en spirales » de Harold Marc-Arthur Jean-Baptiste

Le recueil de poèmes « Extraits en spirales » de Harold Marc-Arthur Jean-Baptiste

10 juillet 2018, 8:55 catégorie: Culture2 756 vue(s) A+ / A-

Harold Marc-Arthur Jean-Baptiste.

 

« Extraits en spirales » tel est le titre d’un recueil de poèmes publié par Harold Marc-Arthur Jean-Baptiste chez les Éditions TNT en 2017 à Montréal. L’auteur utilise sa plume pour se confier à la page blanche à travers laquelle il nous livre sa conception spirale de la poésie et sa capacité à meubler de mots le silence qui l’entoure. Si pour Michael Riffater, la poésie dit une chose et signifie autre chose, il faut considérer à partir de cette définition la spirale à son paroxysme.

Le spiralisme est une invention qui ne plagie rien d’autre que la vie. L’oeuvre spirale, dans son essence même, se donne pour tâche de redéfinir l’univers poétique tout en restant en parfaite harmonie avec le vécu quotidien. Cependant, il y a lieu de souligner que le spiralisme n’a pas pour objectif d’exprimer la réalité telle qu’elle est. C’est-à-dire qu’il présente un fait, une histoire sous une forme poétique de façon linéaire. On peut toutefois essayer de mixer Spiralisme et Surréalisme afin d’obtenir une sorte de poésie intelligible qui reflète l’oeuvre de Harold Marc-Arthur Jean- Baptiste. Le poète oppose sa quête de l’absolu à la décevante expérience du réel pour nous parler de l’expérience de sa solitude et de ses ressentis. Toute son oeuvre est imprégnée par le courant spiralisme où le poète est constamment habité par l’angoisse existentielle. Il retranscrit les bouleversements de son âme dans ses poèmes et y traduit sa quête inlassable du beau.

En ce qui concerne le Spiralisme, le chef de file, en la personne de Franck Étienne va nous aider à mieux comprendre la note de cette partition poétique. Ainsi, il nous livre sa lecture : « La spirale représente un genre nouveau qui permet de traduire les palpitations du monde moderne. L’oeuvre est constamment en mouvement. C’est ce qui explique en partie cette suite de ruptures dans le développement du texte. D’ailleurs, il n’est nullement nécessaire de construire l’oeuvre à partir d’un sujet précis. Écrire devient dès lors une véritable aventure, celle d’un récit multipolaire où chaque mot, jouant le rôle de déclic, est susceptible de se transformer en noyau prêt à se désagréger pour donner naissance à d’autres entités verbales. En se sens, la spirale est fondamentalement une oeuvre ouverte, jamais achevée. La spirale est une tentative de saisir le réel dans la diversité de ses aspects ».

Cette lecture spirale nous a permis une fois de plus de nous rincer les yeux en lisant le recueil de « Extraits en spirales ». Le poème est pour le poète Harold Marc-Arthur Jean-Baptiste une autre mode d’expression de soi libérée des contraintes du langage. L’univers de ses poèmes, proche du quotidien permet à la fantaisie et l’imagination de se manifester avec humour et ironie. « Blessures de ma mémoire/et chaque goutte de sang/en contact avec des flocons de neige/engendre l’espoir/ le vent juvénile du Nord me berce/et apaise mes souffrances d’antan/mais sur le bout de ma langue/c’est le gout amer de mon terroir figé/dans une misère forgée » (P.24)

Roland Barthes, dans ses analyses textuelles, parle de textes (scriptibles) pour montrer l’intérêt qu’il éprouve pour les textes ouverts ou encore les textes qui peuvent recevoir une lecture plurielle à la manière de Jorge Luis Borges. Cette sommité littéraire va jusqu’à dire qu’un texte n’est pas fait pour comprendre, mais pour interpréter. On voit bien dans « Extraits en spirales », du spiralisme à l’état pur.

Dès le premier poème, on reconnaît la marque du vers-librisme et la ponctuation inexistante en passant par le côté imagé pour aboutir à l’acte sexuel comme procréation. L’auteur a traité un sujet d’actualité dans ce poème, mais non pas de façon réelle, il faut dire que cette spécificité spirale a fait du spiralisme un genre teinté de nouveautés.

« Fissure dans le Temps

Gouttes de sueur qui gesticulent ses désirs ».

Ce distique spiral met le cap sur la libido

Il faut dire que tous les poèmes de « Extraits en spirales » témoignent de la grandeur de ce genre si spécial qui vient alimenter la source de notre production littéraire. Si Breton parle d’un automatisme pour l’écriture surréaliste. Quant au spiralisme, il est important de noter qu’il existe une sorte de complicité lyrique qui permet au poète spiral non seulement de mettre en évidence ce qu’il ressent, mais aussi de ressentir ce qu’il met en évidence dans une tournure tout à fait irréelle.

En somme, se réclamer du spiralisme ce n’est pas essayer de comprendre un texte spirale, c’est de préférence comprendre les raisons qui poussent l’auteur à faire du spiralisme dans ses écrits.

Schultz Laurent Junior

Comments

comments

scroll to top